Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘correctional development centre’

“‘Super Max’ – It’s a solitary life of misery for convicts in special unit,” Globe and Mail. September 12, 1980. Page 05.

By VICTOR MALAREK

One at a time a few extremely dangerous convicts trudge out of their cells to exercise by themselves for an hour.

They are being punished, and for about a month their life will be sheer misery in a prison within a prison because they have no physical contact with other prisoners or with their keepers.

But their woes will not end after those 30-odds days of strict solitary confinement. Then they start a long stretch of living under intense security, segregated from the rest of the prisoners.

Their world will revolve around a tiny cell constructed completely of steel, cramped recreation areas that are monitored by cameras and close contact with prisoners, who like themselves, are some of the most violent criminals in the country.

Their world is known as the special handling unit or ‘special max.’ There are only two in Canada – one at Millhaven penitentiary in Bath, Ont., and the other at the correctional development centre in Laval, Que.

According to Millhaven’s warden, John Ryan, the units are used to protect prison society from those convicts who are bent on using violence on both the guards and fellow prisoners.

Rehabilitative value is nonexistent
Until a few weeks ago, the total population at the two units was about 50. That figure got a sudden spurt of new blood as nine inmates, who took part in the hostage-taking incident at Laval penitentiary in Quebec, were transferred to the unit at the Laval centre.

Criminologists, psychologists and prisoners alike maintain that the units have no rehabilitative value.

Pierre Landreville, a professor of criminology at the University of Montreal, said the way the units are run ‘right now, they are inhuman. I think I would have to say their only function is to break the spirit.’

But he added that he thought the units are necessary because ‘some of these people are quite dangerous.’

Fred Sweet, chairman of the prisoners’ committee at Millhaven, said in a recent interview at the penitentiary that the units should be eliminated.

‘Some of the guys they (the administrations) put into SHU are potentially dangerous convicts, but once they’re put in, you remove the potential and then they are dangerous,’ Mr. Sweet said, pounding his clenched fist – the letters F, R, E, and D tattooed on his knuckles – on a bare wooden table.

Bryan Reynolds, a 29-year-old convict serving life for murder at Millhaven, described the unit as ‘a breeding ground for violent animals.’

‘Think of living in a room the size of a toilet (bathroom) day after day after day for months on end, only the cell is worse than a…doghouse. You’d get charged by the humane society for treating dogs the way convicts are treated in SHU,’ Mr. Reynolds said angrily. He has spent nine months in the unit.

Mr. Sweet maintained that if the prisoners were treated with ‘human dignity in the first place, SHU would not be necessary.’

Dragan Cernetic, former warden of the British Columbia penitentiary, who now works in operations at Correctional Service of Canada headquarters in Ottawa, hotly defended the units in a recent interview.

‘There are only two ways you can deal with violent inmates. You can impose stringent security on, the whole prison population or you can segregate three or four of the trouble-makers in a place where they can…rot as far as I’m concerned.’

Mr. Cernetic said the kind of convict he would recommend for incarceration in a special handling unit ‘is a man who I could not take home for dinner and feel safe with him.’

On a recent tour of the unit at Millhaven rarely given to outsiders, David Page, the officer in charge of the unit, tersely described the living conditions.

‘All the cells have been completely converted to steel. A steel desk, steel walls, steels sinks, and steel toilets. All the steel is painted. The beds are bolted to the walls.’

During the visit, the convicts were locked in their cells behind massive steel doors. Lunch was being passed to them through a hole in the middle of the door. Intense security was ever present through a maze of electronically controlled steel portals.

Every movement outside the cells is closely monitored either visually or by television cameras. Guards patrol the cell block about every 45 minutes when the men are locked in their cells and peep through a tiny glass opening in the doors to ensure nothing is amiss.

Red panic buttons, in case of trouble, prominently protrude from the walls in every cubicle in the ranges.

One hour a day to exercise alone
On the Phase I block, the tightest security area, a convict’s wiry hand jutted out of a hole in the door where meals are passed. Another prisoner yelled for a guard. ‘Can you come here for a mine. It’s important. I want to discuss my welfare.’

In Phase I, Mr. Page said, inmates get out of their cells one at a time for only an hour a day to exercise.

Conditions improve as the prisoners graduate to Phase 2 and 3, where periods outside the cells and contact with inmates is increased to a little more than six and eight hours a day respectively.

It’s in those latter phases, ‘other than the fact that their movement is contained, the prisoners are a lot better off in some cases than the other inmates. The other inmates don’t have television in their cells,’ Mr. Page said.

A couple of cells have been converted into recreation rooms and mini-gyms where inmates can either play guitars, listen to music or pound out their frustrations on a heavy punching bag.

Inmates can also go outside occassionally to a yard aptly referred to by the guards and prisoners as a ‘cloister.’ They get movies twice a week.

James Hayes, a psychologist at Millhaven, said that sicne the program was started at the penitentiary ‘we’ve had no returnees. The recidivism rate is nil.

Mr. Hayes said that ‘the inmates knows very clearly what he has to do to get his release back to the normal prison population.’

The operative word is co-operation. Inmates must not be mouthy to the guards and must show they can get along with their fellow inmates in the unit.

No limit is placed on the number of visits by family members to inmates in the unit, but the convict and visitor are separated by a cage, glass and screens.

‘The visits are inhuman,’ said Mr. Sweet. ‘The prisoner sits in a cage while he visits with his family. It’s degrading.’

Of his stay in the unit, Mr. Reynolds said the intense security ‘bothers you at first but you get used to it…We’re human beings. What they’re doing in SHU is illegal…(It) is morally illegal because it is cruel and unusual punishment.’

Frank Steel, a member of the three-man board at the Correctional Service of Canada in Ottawa that decides who goes into units, said inmates who take hostages during an escape attempt are almost automatically sent there.

Other infractions leading to an incarceration are murder or or assault on a prison guard or another convict.

‘SHU candidates are those who are determined to be dangerous…inmates perceived to be particularly violent while under sentence,’ Mr. Steel said.

Confinement in the units is relatively free of bureaucratic red tape. A warden holds an in-penitentiary review of the cases and makes a recommendation that goes to regional headquarters and then to the special handling unit in Ottawa.

The board is made up of the deputy comminisioner of security, the head of offender programs and the director-general of medical services.

‘Once we recommend SHU, the case is reviewed monthly at the institution and every six months at national headquarters. Every six months we go to the SHUs and interview those inmates who wish to be interviewed. Usually they all want to be interviewed,’ Mr. Steel said.

Cases reviewed every month
‘We talk about thee progress he’s been making and sometimes give him an indication of when he can expect to be released to the normal population. Our biggest complaint (from the inmates) is the perceived capriciousness of the system and the uncertainty of when an inmate can expect to be released.’

The average stay in the unit is between 18 months and two years, Mr. Steel said.

One convict, who was involved the hostage-taking incident at the B.C. Penitentiary in June, 1975, in which Mary Steinhauser, a classification officer, was killed by prison guards, was released last June from the Millhaven unit.

Paul Caouette, executive secretary of the Union of Solicitor-General Employees, vehemently defended the use of the units, ‘especially when it involves the safety of the guards.’

Mr. Caouette warned that if politicians ever fell to the demands of prisoners’ rights groups of convicts to ban the units, they would see a rapid dwindling in the number of guards.

Read Full Post »

“L’UNE DES PLUS GRAVES AU CANADA – PRISE D’OTAGES: ENQUÊTE,” La Presse

August 30, 1980. Pages 01 & 02.

PAUL ROY

Le solliciteur général du
Canada, Robert Kaplan, a
institué une enquête dans le but
de connaître tous les détails qui
ont entour é la tentativ e d’évasion de lundi, au Maximu m Laval,
et la pris e d’otages de 12
heures qui a suivi.

L’enquête, qui devrait être
complétée d’ici à une semaine, a
été confiée à l’inspecteur général
des Services correctionnels
canadiens, Al Wrenshall, qui
tentera notamment de découvrir
comment 10 détenus de ce pénitencier
à sécurité maximale ont
pu se procurer des armes et se
retrouver tous ensemble après le
déjeuner, lundi matin. L’ex-policier
de la GRC devra également
formuler des recommandations
dans le but d’empêche r que des
événements semblable s se reproduisent.

Le Solliciteur général a déclaré
que Laval a vécu l’une des
«plus graves prises d’otages de
l’histoire du Canada».
De passage à St-Vincent-de-Paul hier après-midi, M. Kaplan
a loué la fermeté des autorités
pénitentiaires qui, en aucun
temps, n’ont accepté de négocier
avec les mutins, dont un a été
tué par un garde dès le début de
l’évasion ratée . «Ce ser a une
leçon pour tous les détenus à
travers le pays», a déclaré le solliciteur
général, de retour d’un
congrès sur la question des pénitenciers,
à Caracas, au Venezuela.

Selon lui, les pénitenciers canadiens sont plus sécuritaires
que jamais et aucun ne l’est plus
que le Maximum Laval. Pourquoi
toutes ces prises d’otages,
donc? Parce qu’ils représenteraient
également un danger plus
grand qui jamais.

M. Kaplan explique cette apparente contradiction de la façon
suivante: d’un côté, les
mesures sécuritaires sont de
plus en plus raffinées et le personnel
est de mieux en mieux
entraîné; de l’autre, la «qualité»
des détenus se détériore depuis
que l’on a commencé à infliger
des peines dites communautaires aux criminels ne représen tant pas un danger pour la société.

De plus, souligne M. Kaplan,
les détenus ne sont plus confinés
à leurs cellules 23 heures sur 24,
ils ont beaucoup plus de possibilités
d’en sortir pour travailler,
étudier, etc., ce qui augmente

d’autant les possibilités de faire
entrer des armes de l’extérieur
et de prépar r des évasions.

Le ministre affirme néanmoins que cette libéralisation est
justifiée sur le plan de la réhabilitation
et qu’elle ne sera pas
remise en cause. A l’inévitable
question sur la peine de mort, il
a répondu que rien ne prouvait
jusqu’ici que le châtiment capital
permettrai t de réduir e le
nombre de meurtres. «Si c’était
le cas, je voterais en faveur»,
d’ajouter le ministre.

En attendant, les neuf mutins
qui ont survécu aux événements
de cette semaine ont été transférés
au Centre de développement
correctionnel, le «super maximum»
d’à côté , et les 12 otages
ont pu retrouver leurs familles.

Read Full Post »

“Hostage-taking inquiry is likely to remain secret,” Montreal Gazette. August 30, 1980. Page 03.

By ELLEN McKeough
of The Gazette

An inquiry into one of ‘the most serious hostage takings in the history of Canada’ should be ready in a week – but it will probably never be made public, the solicitor-general of Canada said yesterday.

Robert Kaplan was touring the maximum security Laval Institute where a three-day hostage-taking ended Thursday.

He said yesterday the results of the investigation will not be made public because he refused to ‘publish blueprints of our prisons and our contingency plans.’

He does not expect that any one person will be held responsible for the 74-hour drama in which nien convicts held 12 people hostage in a desperate bid for freedom.

Kaplan has appointed Al Wrenshall, inspector-general of prisons and former RCMP chief superintendent, to find out how 10 convicts got outside the prison’s west gate.

While of the convicts was shot to death, the rest – including five convicted killers – were trapped against an outside wall and used 12 hostages for cover.

Kaplan, 43, called the incident the ‘most serious hostage-taking in the history of Canada.’

‘I am determined we are going to learned from this incident,’ the solicitor-general said.

The inquiry will also look into two recent escapes from the maximum-security jail at Dorchester, N. B.

Kaplan said longer sentences are a factor in the increased number of hostage takings incidents in prison becaue ‘they contribute to the desperation of the inmates.’

He said the peaceful ending of the latest incident swhows the ‘value of our hard-line policy’ of not negotiating with offenders.

The convicts surrendered Thursday morning after one of the convicts almost cracked under the strain and threatened to kill himself or someone else.

They laid down their revolvers and gave up their hostages at 10:30 a.m.

Freed hostages contacted yesterday by The Gazette refused to comment on their ordeal.

The hostage-takers will spend the next six months in solitary confinement at the nearby Correctional Development Centre.

Kaplan dismissed complaints from Edgard Roussel, one of the Laval convicts, that the ‘super-maximum’ security centre near Laval is ‘designed only to turn us into beasts, to develop killer instincts.’

The solicitor-general answered that the ‘prison officials can help…but the prisoner has to want to go straight…’

Roussel made the complaints in an open letter he sent to a member of Parliament in April.

The government plans to close the 107-year-old Laval Institute by 1986.

The prison has been condemned by at least three royal commissions of inquiry and one government subcommittee.

In the four years preceeding this latest incident, there have been four hostage-taking incidents at Laval. In one incident two years ago, a guard was killed as five inmates made an unsuccessful escape bid.

The prisoner’s plea that preceded incident
Edgar Roussel, one of our nine prisoners involved in a 74-hour hostage-taking at the maximum security Laval Institute this week, warned an MP four months ago that unless his prison conditions improved he would probably commit ‘a desperate act.’

‘I sense that something has broken down in the system and if no one intervenes on my behalf the worst can be expected,’ the 34-year-old convicted murderer wrote Mark MacGuigan from his cell.

‘The saturation point has been reached, the slightest incident could be the (spark), could lead to a desperate act.’

Roussel, serving two life terms for the killing of two men in a Montreal bar in 1974, wrote the appeal to MacGuigan – now the external affairs minister but formerly the head of a Parliamentary inquiry into prison conditions – last April while serving time in the ‘super-maximum’ security Correctional Develppment Centre, a separate facility not far from Laval Institute.

Roussel was sent there in March, 1978, after taking part in the longest hostage-taking incident in history of Canadian prisons at a provincial jail near St. Jerome.

‘For two long and interminable years I have not hugged my wife, my mother, or my daughter,’ Roussell wrote in the 2,500-word letter to MacGuigan, published in its entirety yesterday in Le Devoir.

‘And for two long years as well I have gone without seeing the light of the moon, the stars. To the most vile of animals this right is not denied.

‘In summer, it (the cell) is a cremation oven whcih is made intolerable by total inactivity. In the morning, a symphony of clearing of throats, of blowing of noses, of horase coughs to clear the respiratory system.

‘For nearly two years I have slept on the floor of my cell, my head resting at the bottom of the door to benefit from the small breeze, incomparable luxury.’

Roussel claimed that due to ‘a thirst for vengeance’ on the part of penitentiayr officials, he had been held in isolation longer than the two other convicts involved in the St. Jerome hostage-taking.

Roussel and the eight prisoners have been transferred back to the Correctional Development Centre for a period of at least six months as punishment for their role in the hostage taking.

Read Full Post »

«PRISES D’OTAGES
DANS LES PÉNITENCIERS – IMPUISSANCES DES AUTORITÉS, » La Presse. August 29, 1980. Pages 01 & 04.

MARTHA GAGNON

«Durant la prise d’otages, les neuf mutins ont souvent été à découvert et il
aurait été facile de tirer sur eux. Mais pas un seul instant nous n’avons voulu
mettre en danger la vie des otages. L’armée a beau être là, les centaines de
tireurs d’élite aussi, nous ne pouvons rien faire dans de telles circonstances.
C’est terrifiant.»

Ce commentaire,
le directeur régional des communications du service des pénitenciers, M. Guy
Verreault, Ta fait hier matin peu de temps après que les mutins se furent
livrés aux autorités, sans aucune violence et sous un soleil radieux.

Un dénouement
heureux après plus de 72 heures d’attente, de tension, de fatigue et de
souffrance.

Les personnes qui
ont été détenues en otage sont en bonne santé. C’est du moins ce ou’a affirmé M
. Verreault qui a nié la rumeur voulant que l’un des hommes ait été victime
d’une agression sexuelle. Après leur libération, sous la protection de la
police, les otages sont rapidement allés rejoindre parents et amis. Dans la
cour du Centre fédéral de formation des gardiens, face au pénitencier de St-Vincent-de-Paul,
on pouvait voir défiler des membres des familles qui venaient d’apprendre
l’heureuse nouvelle. Une jeune femme, le visage empreint d’émotion, tentait de
se frayer un chemin parmi les journalistes et photographes. Ces derniers ont
vit-.’ été “cartes de l’endroit pour préserver l’intimité des gens.

Paul Gingras, 33
ans; John Niewerth, 50 ans: Denis Protean, 16 ans: Marcel Bougie, 46 ans; Marc
Saindon. 21 ans; Denis Morin, 22 ans; Serge Michaud, 34 ans; Jacques Pinet, 39
ans; Michel Grenier, 24 ans; Marcel Ostiguy, 62 ans et Daniel Vézina se
souviendront longtemps des trois jours d’angoisse qu’ils ont vécus dans la cour
du pénitencier, sous le soleil et la pluie, le jour et la nuit, sans boire ni
manger.

«Ces gens-là ont
été courageux et je puis vous dire qu’une prise d’otages c’est quelque chose
d’absolument épouvantable», ne cessait de répéter M. Guy Verreault, qui
paraissait plus décontracté devant la tournure des événements. Il garde
toutefois un goût amer de cette expérience, la plus pénible qu’il ait eu à
vivre, a-t-il dit.

Les mutins conduits au centre de développement
correctionnel
Le drame a pris fin
lorsqu’un des mutins, Denis Labelle, s’est mis à marcher nerveusement vers les
tireurs d’élite postés sur les remparts pour annoncer qu’il désirait se rendre.

Peu après dix
heures, les neuf mutins remettaient donc leurs armes: un magnum 357, une arme
de calibre 25, une carabine de calibre 7 mm et plusieurs armes de fabrication
artisanale. Roger Duhamel aurait été le premier à capituler ainsi. Les autres
détenus l’ont imité en jetant leurs armes vers une clôture. Les mutins n’ont
manifesté aucune réticence lorsqu’on leur a demandé d’enlever leurs vêtements
avant de retourner aux cellules.

Sans issue
Le directeur du pénitencier. M. Pierre Viau, n’a pas confirmé ni démenti la
rumeur à l’effet que l’un des mutins aurait menacé de se suicider plutôt que
d’abandonner.

«Ils savaient
depuis le début que leur situation était sans issue. Ils savaient qu’ils
n’obtiendraient rien. Ils savaient que les négociations ne déboucheraient sur
rien.» Voilà comment M. Viau explique la réaction des mutins. Ils n’avaient
plus d’autre choix que de se rendre.

L’évasion ratée
de lundi s’est transformée en prise d’otages. Devant l’impossibilité de fuir
comme ils l’avaient comploté, les neuf détenus, pris de panique, ont pris en
otage les gens qui se trouvaient sur leur passage. Ces événements sont survenus
après l’heure du déjeuner au moment où le camion de rebuts de la Société
sanitaire Dumas ( lequel vient chaque jour) est entré dans l’enceinte du
pénitencier. Des employés de cette compagnie ont d’ailleurs servi d’otages.

Selon le
directeur du pénitencier, les détenus, lorsqu’ils étaient encore à l’intérieur
du pénitencier, étaient déjà en possession de leurs armes. On ignore toujours
de quelle façon ils ont pu se les procurer. C’est là le grand mystère que
l’enquête policière tentera d’élucider. On se souviendra que l’un des mutins a
été abattu par les gardes des le début de la prise d’otages.

Concernant la
présence de l’armée mercredi soir, M. Viau a simplement précisé qu’il
s’agissait là d’une «action normale». D’après lui, en aucun temps les détenus
n’ont été avertis de la présence d’une vingtaine de soldats et des blindés qui
sont demeurés éloignés de l’endroit où étaient détenus les otages.

Au «super-maximum»
Un fois menottes, Edgar
Roussel, 34 ans. qui n’en était pas à sa première prise d’otages; Roary Shane,
29 ans: Michel Marineîlo, 33 ans; Robert Pelletier, 28 ans; Roger Duhamel, 33
ans: Denis Labelle, 23 ans; Thomas Guay, 38 ans; Ronald Allain, 32 ans, et
Robert Imbeault, 31 ans, ont immédiatement été conduits au bloc cellulaire CDC,
le centre de développement correctionnel à sécurité super-maximum où ils seront
gardés pour une période d’au moins six mois. Il s’agit d’un endroit où là
liberté est limitée au maximum; les grillages et les barreaux sont peu
nombreux. Environ 170 hommes y vivent.

Dans la cour du
pénitencier, entre deux grands bâtiments, les journalistes ont pu voir hier les
«restes» de cette prise d’otages: des vêtements sales, un étui à lunettes, des
souliers, des canettes de boissons gazeuses, des poubelles, et des bombes
lacrymogènes dont les gardiens se sont servis lundi matin. D’ailleurs, une
fumée qui a fait pleurer plusieurs journalistes se dégageait encore vers midi,
hier.

Un échec
Selon le criminaliste Me Robert LaHaye qui a discuté avec quatre des mutins
dans la nuit de jeudi, il était évident que les neuf hommes savaient que leur
sort était scellé. Tous étaient résignés même s’il y a eu quelques
tiraillements avant la décision finale et irrévocable. Pour eux, il s’agit d’un
échec. Le rêve de l’évasion n’est pas devenu réalité.

Pour M. Verreault, les récents événements montrent une fois de plus
l’impuissance des administrations pénitencières. Que faire? En fonction depuis
deux ans, le directeur de St-Vincentde-Paul, M. Viau, lui, ne sait pas quelle
solution il faudrait utiliser. Pour l’instant, il ne pense qu’à se reposer…

Sur le trottoir, devant le pénitencier, des curieux s’interrogeaient sur
l’avenir des neuf détenus. Un homme a lancé cette phrase: «Ils ne méritent mémo
pas de vivre en prison».

Pictures:

Top right:  “Soulagé mais en état de choc.”

Serge Michaud,
agent de détention âgé de 36 ans, l’un des huit otages qui ont été libérés hier matin
après un drame qui aura duré plus de 72 heures,
était en état de choc et complètement exténué. Des
employés du pénitencier l’ont aidé à sortir tout en
tentant de le soustraire aux regards des curieux.
Après avoir été examiné par un médecin, il a pu rentrer
dans sa famille. Photo: Paul-Henri Talbot. LA PRESSE.

Bottom:
Les «restes» de la prise d’otages: des vêtements, des poubelles,
des bombes lacrymogènes et des murs de prison qui ne parleront
jamais. C’est dans cette cour que les mutins ont gardé leurs otages
prisonniers durant 72 heures. Photo: P.-H. Talbot, LA PRESSE.

Read Full Post »

“Con cracks as hostage drama ends,” Montreal Gazette. August 29, 1980. Page 01 & 3.

By EDDIE COLLISTER
of The Gazette

The prison hostage drama at Laval Institute ended peacefully yesterday – but not before one of the convicts cracked under the three-day strain and nearly touched off a bloodbath.

Shortly before 10.15 a.m., the convict – who wasn’t identified – began crying and shouting that he was going to kill himself, or someone else.

‘If he shoots himself, don’t open fire,’ the commanding officer of the prison guards barked over his walkie-talkie to one of the 20 sharpshooters who had his high-powered rifle trained on the out-of-control convict.

The crisis was defused when other convicts calmed the unidentified inmate. Minutes later, they all surrendered, throwing their guns and hand-made knives over the wire fence that separated them from the outside world, and stripping to their underwear.

Last eight freed
The last eight of the 12 hostages taken Monday morning were freed. Some were dazed and so weak they had to be supported as they walked. They were taken to the prison’s staff college for tearful reunions with families and to be examined by a doctor.

‘They were tired and stressed but not physically harmed,’ a prison official said after the hostages had left for their homes. None of hostages was available for comment, but the daughter of prison instructor John Niewerth, 51, told The Gazette, her father went to sleep as soon as he arrived home.

Throughout the more than 74-hour standoof, prison officials refused to give into demands.

The convicts and hostages were were only fed twice: a sandwich on Tuesday and another early yesterday – both after first releasing hostages.

25-year terms
The convicts, all but one of them serving mandatory 25-year terms, most for murder, will spend the next six months in solitary confinement at the nearby Correctional Development Centre.

Solitary is designed to give the convicts time to think ‘so they don’t do it again,’ said warden Pierre Viau.

He said the inmates gave up because ‘they knew they were in a hopeless situation.’ The convicts and hostages had sat and slept in the open outside the prison’s 30-foot-high brick wall through rain and scorching sun since early Monday.

Officials said two convicted illers, Edgard Roussel and Roger Duhamel, both 33, appeared to be ringleaders in the escape attempt that went awry. Duhamel, a police-killer, had resigned as president of Laval’s prisoner committee a week before the escape try, and he negotiated for the convicts during the standoff.

It was the third hostage incident involving Roussel, who was transferred from the Correctional Development Centre only seven weeks ago.

Read Full Post »

“L’enfer du Centre de
développement correctionnel,” Le Devoir. August 29, 1980. Page 06.

par Edgar Roussel

Alors détenu dans un «Centre de développement correctionnel», M. Edgar
Roussel avait adressé au député fédéral Mark MacGuigan, devenu ministre
des Affaires extérieures, une lettre manuscrite sur les conditions de détention.
La Ligue des droits et libertés qui en avait obtenu copie en avait publié la
teneur voici peu de mois. Ce document, daté du 12 avril 1980, prend une actualité
particulière à la lumière des événements survenus cette semaine à
l’Institut Laval, événements auxquels M. Roussel a présumément été mêlé. En
voici le texte intégral.


DEPUIS le 29 mars 1978, je suis détenu
au Centre de développement
correctionnel (CDC) où je sers une
peine d’emprisonnement à vie avec éligibilité
à 20 ans.

Sur les pénitenciers fédéraux, tout a été
dit, il ne me reste plus qu’à le redire, sauf
quand il s’agit d’unités spéciales de détention,
telles le CDC dont il sera question
dans cette lettre. La raison d’être de
ce genre d’institutions selon la directive
no 174 du Commissaire national est de
préparer la réinsertion pénitentiaire de
détenus considérés comme dangereux.

Pour ce faire l’administration offre un
programme que je vous propose d’examiner
soigneusement afin de découvrir de
quelle façon originale le système oeuvre
afin que se réalise la métamorphose tant
souhaitée, pour que le chrysalide devienne
papillon, comment en nous déconnectant
de la vie on prétend nous faire renaître
à la vie. On dénombré quatre paramètres
fixes comme des miradors à l’intérieur
desquels ce programme est élaboré:
une cellule, une salle commune, une
cour extérieure, et pour chapeauter le
tout, un département de socialisation.

C’est au CDC que le temps passé en cellule
se situe parmi le plus élevé dans les
pénitenciers fédéraux du Canada. Afin
d’éviter que le détenu ne sombre dans
l’ennui ou pis encore dans la folie, l’administration
accorde ce que d’autres institutions
refusent catégoriquement à leur population,
soit un appareil de télévision.
Ce cadeau dont le detenu est bénéficiaire
est on ne peut plus significatif quant au
désarroi dans lequel se trouve celui-ci
lorsque laissé à seul. Mais, c’est davantage
un aveu d’échec et aussi un manque
flagrant d’imagination, ce qui est plus
grave encore.

Les premiers jours, on s’en sert de
façon démesurée, pour diminuer graduellement
sa consommation et finalement
l’utiliser de nouveau mais cette fois, pour
couvrir les bruits qu’auparavant on ne
percevait pas.

La télévision agit tantôt comme une aspirine
pour calmer la souffrance tantôt
comme un prisme par lequel le monde
extérieur nous parvient. Après des mois
de ce régime c’est la nausée, la répulsion;
on ferme l’appareil pour faire connaissance
avec un phénomène nouveau: le bruit! Fouilles, rondes de gardiens, tout
est subordonné au bruit, qui en cellule est
omniprésent plus que partout ailleurs, jamais
d’accalmie. Quand très tard le soir on
parvient enfin à s’endormir, lorsque le
sommeil vient rétablir l’équilibre dangereusement
rompu durant la journée, c’est
la ronde de nuit qui commence. À chaque
heure, interminablement, le bruit des pas
du gardien effectuant sa ronde résonne
sur le plafond de la cellule. Au CDC on a
trouvé un moyen original de compter les
détenus, ça se fait par le haut; il est possible
au gardien d’avoir une pleine vue
sur le captif par un châssis à meme le plafond.
Cependant, il est toujours possible
de rattraper le sommeil perdu en sacrifiant
la marche quotidienne. Or, c’est justement
le temps que choisissent les gardiens
pour fouiller les cellules des detenus
qui sont à l’extérieur. Ils arrivent
dans la rangée telle une meute, le museau
en l’air, et bang! dans les murs afin de
voir s’il n’y a pas de trous, bang! au plafond
pour vérifier si le châssis nya pas été
coupe et bang! sur la trappe à air. Une
fois leur travail terminé, ils s’en vont en
n’oubliant surtout pas de faire refermer
les portes de cellules simultanément dans
un fracas infernal ; adieu sommeil et tranquillité
tant convoités!

 Pour ce qui est de l’aération il serait
difficile d’en parler parce qu’elle est inexistante:
pas de fenetre, des portes pleines
et cet air lourd qui pèse tel un voile
opaque.

L’été, c’est un four crématoire que l’inactivité
la plus totale rend intolérable;
nous suons à ne rien faire. Le matin,
symphonie de raclages de gorges, de
mouchages de nez, de toux rauques afin
de dégager les voies respiratoires.

Je couche à même le sol de ma cellule
depuis près de deux ans, la tête appuyée
sur le bas de la porte pour bénéficier de la
plus petite brise, richesse incomparable.

Pour les moments hors de la cellule,
une salle commune est mise à notre disposition
tous les soirs de 18 h 30 à 22 h 30
mais jamais plus de dix détenus à la fois.
Cette pratique fait partie de la socialisation;
on veut nous apprendre à être sociable
par petits groupes pour ensuite
nous plonger dans une population de trois
à quatre cents détenus avec les problèmes
d’adaptation que cela implique.

Quelques jeux de société, une autre télévision
et de la surveillance, beaucoup
de surveillance. Cette salle commune est
à toute fin pratique une cellule un peu
plus spacieuse que celle dans laquelle
nous sommes confinés la plupart du
temps faut bien le dire.

Nous disposons pour les activités extérieures
d’une cour de 75 pieds par 75
pieds où encore une fois jamais plus de
dix détenus ne sont admis, ni plus ni
moins; c’est une fixation administrative.
L’été, le vent est coupé par les hauts
murs tandis que, de l’asphalte dont le sol
est recouvert, monte cette chaleur accablante;
pas de verdure ni bancs, rien
sauf de l’asphalte, du ciment et du fer.

Comme activités physiques, nous pratiquons
la boxe sur un sac de guenilles payé
a même notre argent au prix de $172.
L’administration a raté une excellente
occasion de faire preuve de justice car
dans toutes les autres institutions cet article
est défrayé à même un budget (loisir)
réservé à cette fin. Toutes les activités
physiques sont pratiqués à nos risques
à cause de la surface asphaltée. La quasi
totalité de la population souffre d’un
problème musculaire quelconque; à cet
effet, il serait intéressant de jeter un coup
d’oeil sur les requêtes médicales et de
compter les détenus qui ont demandé des
espadrilles spéciales.

Notre plus grand réconfort et seul contact
avec le monde extérieur nous le devons
à nos visites; celles-ci sont fixées par
l’administration au jour et à l’heure qu’il
lui convient. Ce privilège est dispensé
parcimonieusement le mercredi et jeudi
de chague mois. Au CDC l’affectation est
considérée comme une faveur, prodiguée
au compte-gouttes et régie comme telle.

Pas de contact avec nos parents, femmes
et enfants, c’est de cette manière
que l’administration prône l’épanouissement
de l’individu.

Voici quelques années, les responsables
d’un «zoo» sont allés chercher un
éléphant-femelle à l’autre bout du monde
our que le mâle captif ne s’ennuie pas.
L’espace réservé aux animaux est réaménagé
sans cesse afin qu’il s’apparente le
plus possible à leur habitat naturel: toutes
proportions gardées, ils disposent
dans leurs parcs de plus d’espaces que
nous.

Pour compléter le programme, un département
de socialisation, composé d’un
agent de classement ainsi que d’un
psychologue, c’est sans contredit le secteur
qui présente le plus de carences. Ces
spécialistes en sciences humaines, nous
les rencontrons quand nous sommes au
bout du rouleau et que tout risque de basculer,
alors nous bénéficions de leurs «lumières».

Leur préoccupation première est de savoir
si, dans l’état où nous sommes, nous
envisageons d’attaquer un membre du
personnel ou, ce qui est beaucoup moins
grave, l’objet de notre agression sera
intra-spécifique. Une fois cette tâche accomplie,
ces suppôts de l’administration
vont rendre compte de leurs conclusions
et c’est sur ja foi de leurs témoignages
itérera un déque
le comité national transférera un détenu.
Donc, plus souvent qu’autrement,
le jugement des membres du comité,
quoique bien intentionné, sera fondé sur
des rapports faussés au départ parce que
puisés à même une situation faussée alors
que le détenu est en proie au désarroi le
plus total.

Tous les spécialistes sont unanimes
quand ils affirment qu’une détention de
plus de cinq ans cause des troubles irréversibles
et ils ne parlaient pas d’unités
spéciales. Ce que nous subissons ne vise
qu’à nous rendre bestiaux, à développer
des instincts de tueurs. Il existe plusieurs
exemples de criminels ayant séjourné
plus pu moins longtemps en ségrégation
et qui sont autant d’exemples de ce que
j’avance.

Je me contenterai d’en citer quatre,
que j’ai personnellement connus, et dont
il m’a été possible de suivre le cheminement,
il s’agit de Jacques Mesrine,
Richard Blass, Jean-Paul Mercier et Jean
Lachapelle.

Tous ont certains points en commun:
ils ont passé plusieurs années en ségrégation
et tous sont morts aujourd’hui pour
avoir refusé de revivre, ne serait-ce
qu’une journée, ce qu’ils avaient connu
dans le passé.

Il serait peut-être utile ou enrichissant
de connaître leurs agissements après
avoir connu la ségrégation.

Jean Lachapelle, enfermé environ six
ans dans une cellule, a plaidé coupable à
neuf accusations de meurtres à son retour
derrière les barreaux; sans compter
qu’au cours de son évasion, l’ultime il va
sans dire, il fut lui-même troué de balles.

Quant à Richard Blass sa mort lui a
évité d’être accusé d’une quinzaine de
meurtres. Pour ce qui est de Jean-Paul
Mercier (trois ans, comme Blass, de
ségrégation) il avoue être l’auteur du
meurtre de deux garde-chasse, alors qu’il
était évadé, pour éviter d’être reconnu,
ce qui lui aurait valu quelques années de
ségrégation (isolation). En ce qui concerne
Jacques Mesrine, une lecture attentive
des deux volumes qu’il a rédigés est
plus que révélatrice quant à l’état mental
où l’ont conduit les années d’isolement
en cellule.

Aucun de ces quatre individus n’avait
été condamné pour meurtre avant de
faire de la ségrégation; est-ce que cela est
dû au hasard? Libre a vous de conclure
comme vous l’entendez. Le système vise
à rapetisser le criminel, comprimer la
moindre initiative, en un mot assassiner
sa personnalité pour la rendre conforme
au microcosme dans lequel on le force à
évoluer. Quand le détenu est devenu suffisamment
fourbe, hypocrite et menteur,
qu’il peut feindre de la reconnaissance
pour ses bourreaux, alors là, il est éligible
a un transfert.

Les individus considérés comme cas
«dangereux» sont le fruit d’un folklore
perpétué par les rites dont la fonction est
de garder intact le souvenir de nos actions.

Rien ne peut effacer une action, et
croire que le châtiment pourrait provoquer
une rédemption est un leurre.
Quand on tient à changer l’individu, ce
n’est ni plus ni moins qu’un effort par un
acte arbitraire pour le rendre semblable à
nous, alors que moi, je réclame le droit à
la différence.

Tous les détenus amenés ici en même
temps que moi ont été transférés depuis.
Alors, seule une soif inaltérable de vengeance
peut expliquer ma présence au
CDC. Le dernier détenu du groupe est
parti le 10 avril 1980 et son palmarès parle
par lui-même; dernièrement ce type écopait
d’une sentence d’un an pour agression
avec couteau.sur deux officiers du
CDC. Il avait été préalablement accusé de
tentative de meurtre mais les jurés ont
accepté de réduire l’accusation; selon
eux, le détenu était incapable de juger du
caractère de son geste à cause des conditions
inhérentes a sa détention qui avait
altéré sa raison.

II y a quelque temps on libérait un détenu
du CDC pour le remettre directement dans la société. Quelques mois auparavant,
cet individu était considéré
trop dangereux pour être transféré dans
un pénitencier à sécurité maximum.

Par cette longue lettre, j’ai tenté de
vous fournir le plus d’éléments possible
qui pourraient vous permettre de percevoir
de l’intérieur la situation qui est
mienne depuis trop longtemps. Aujourd’hui,
il m’arrive de parler seul, de
rire sans raison ou encore d’être secoué
par des spasmes nerveux. Je sens que
quelque enose détraque dans le mécanisme
et si personne n’intervient en ma
faveur, le pire est à prévoir. Le degré de
saturation est atteint, un incident si minime
soit-il pourrait être le déclencheur
pouvant conduire à une action désespérée.

Depuis deux longues et interminables
années, je n’ai pas serré ma femme, ma
mère ni ma fille et deux longues années
aussi j’ai été sans voir le clair de lune, les
étoiles; au plus vil des animaux, ce droit
n’est pas nié. Konrad Lorenz affirme
qu’il est dangereux de cerner un animal
dans un coin sans aucune chance de fuite.
Frederic Nietzche postule quant à lui
dans son oeuvre intitulé «Ainsi parlait Zarathoustra»
que l’homme a fait du loup
un chien et de l’homme lui-même le meilleur
animal domestique de l’homme. Il
dénonce aussi la cruauté vêtue des oripaux
de la justice, en introduction de ce
même volume: «C’est lors des tragédies,
des combats de taureaux et des crucifixions
que l’homme s’est jusqu’ici senti le
mieux sur la terre; lorsqu’il s’inventa
l’enfer, ce fut son paradis sur terre» (P.
XXIV) 

C’est au nom et en vénérant la pensée
de ces grands hommes que je vous demande
aujourd’hui d’intercéder en ma
faveur. Déjà en 1976 alors que vous agissiez
à titre de président d’un sous-comité
enquêtant sur la violence dans les pénitenciers,
vous dénonciez l’ineptie des administrateurs.
Votre nouvelle fonction
vous donne le rayonnement, le pouvoir
suffisant pour améliorer ma condition,
c’est le but de ma requête. 

C’est le but de ma requête.
Si ce document devait servir pour une
défense ultérieure devant les tribunaux,
c’est que la mutation de chrysalide au papillon
aura été un échec. 

J’ose espérer, M. le ministre, que mon
appel ne sera pas vain malgré toute la responsabilité
et le travail que représente
votre nouvelle fonction.

Read Full Post »

“Les mutins de Laval relâchent
tous leurs otages sains et saufs,” Le Devoir. August 29, 1980. Pages 01 & 08.

La prise de 12 otages, survenue vers 8 h
lundi matin à l’Institut Laval, pénitencier
à sécurité maximale du quartier SaintVincent-de-Paul,
a pris fin hier avantmidi
avec la libération des huit derniers
otages, tous sains et saufs, et la reddition
sans condition des neuf mutins, tous considérés
comme extrêmement dangereux
par les autorités policières.

Guy Verreault, porte-parole du Service
correctionnel du Canada (SCC), a confirmé
que les neuf mutins avaient d’abord
relâché leurs otages, puis déposé les
armes avant de se rendre un par un. Il n’a
pu cependant en dire davantage 

Trois autres otages avaient précédemment
été relâchés vers 4 h, tandis qu’un
autre avait été libéré mardi matin en
échange de victuailles, en l’occurrence des
sandwiches et des boissons gazeuses. 

M. Verreault a précisé que deux des détenus
s’étaient d’abord rendus vers 10 h,
après s’être déshabillés en sousvetements,
puis ils ont été menottés et
amenés dans un autre secteur du pénitencier. 

«Au même moment, les huit derniers
otages ont quitté les lieux ensemble, a-t-il
ajouté. Nous savions alors que l’incident
était à toutes fins utiles terminé.» 

Les trois otages qui ont d’abord repris
leur liberté sont Denis Proteau, 16 ans,
un aide-camionneur, Marc Saindon, 21
ans, un journalier, et Marcel Bougie, 46
ans, un chauffeur. Mardi, les mutins
avaient libéré Marcel Ostiguy, 62 ans, qui
souffrait d’une légère déficience cardiaque. 

Le dénouement pacifique est survenu
peu après l’intervention de Me Robert
LaHaye, un criminaliste montréalais qui
a déjà aidé à solutionner plusieurs prises
d’otages dans des prisons de la région
métropolitaine. Me LaHaye s’est amené
sur les lieux vers minuit mercredi soir, à
la demande des mutins. 

Les autorités pénitentiaires se sont toutefois
empressées de préciser que l’avocat
n’était là qu’en qualité d’intermédiaire.
Car dès le début de l’incident, qui a coûté
la vie à l’un des détenus, M. Verreault
avait précisé que les négociations avec
ces’derniers seraient menées par deux
spécialistes du SCC particulièrement préparés
à ce genre de situation.

  

Au tout début de la prise d’otages,
John Connemey, 44 ans, originaire de
Quincy (Mass.), avait été abattu par une
volée de balles alors qu’il tentait de s’emparer
d’un camion dans la cour intérieure
de l’établissement. Connemey purgeait
une peine à perpétuité pour avoir tué un
policier dans la région montréalaise il y a
10 ans.

Les autres détenus qui se sont rendus
hier sont Edgar Roussel, 34 ans, l’un des
meurtriers du bar-salon Gargantua; Rory
Shane, 29 ans, Michel Marinello, 33 ans,
Robert Pelletier, 28 ans, Roger Duhamel,
33 ans, président du comité des détenus
du pénitencier; Denis Labelle, 23 ans,

Thomas Guay, 38 ans, Ronald Alain, 32
ans, et Robert Imbeault, 31 ans. Six
d’entre eux ont été condamnés pour
meurtre.

Les huit captifs finalement libérés ont
été identifiés comme suit: John Niewerth,
50 ans, moniteur d’atelier; Paul
Gingras, 33 ans, moniteur de maçonnerie:
Daniel Vézina, employé d’une société
sanitaire; et les gardiens Denis Morin, 22
ans, Serge Michaud, 34 ans, Jacques Pinet,
39 ans, et Michel Grenier, 24 ans.
«Les captifs ont eu l’air soulagé quoique
très fatiqués», a dit M. Verreault. Ils
ont été aussitôt conduits à l’infirmerie du
pénitencier afin de subir un examen médical. 

«Tout s’est produit très rapidement»,
mais il a ajoute qu’il ne savait pas exactement
si tous les mutins avaient décidé de
se rendre ensemble, ou si le départ de
deux d’entre eux avait incité les autres à
faire de même. «Ils ont longuement délibéré
entre eux, tôt hier matin, et je pense
bien qu’ils avaient dès lors pris une décision.» 

Au cours des négociations précédant le
dénouement, M. Verreault avait déclaré 

que dès leur capitulation, les détenus seraient
conduit au Centre de développement
correctionnel voisin, l’un des deux
pénitenciers à sécurité super-maximale
au Canada. Ce déménagement est quasi
automatique après une prise d’otages.

   

Depuis mardi matin, otages et mutins
n’avaient reçu aucune nourriture, sauf du
café hier matin. Abrités le long de la
haute muraille à l’intérieur de la prison et
se servant de leurs otages comme
boucliers devant l’armée de gardiens armés
les entourant du haut du mur et des
tourelles, ils ont enduré la pluie, mardi et
mercredi, à la belle étoile. Ils avaient toutefois
réussi à s’approvisionner en vêtements
secs en brisant une fenêtre donnant
accès à la buanderie pour le personnel
du pénitencier.

A la suite de la libération de trois otages
tôt hier matin, l’avocat La Haye a
commenté que les détenus n’avaient rien
exigé en retour de leur geste et avaient
tout simplement voulu montrer leur
bonne foi. A son avis, les mutins savaient
fort bien que leur situation était sans issue,
et ce n’était qu’une question de
temps avant qu’ils ne prennent la décision
inéluctacle de se rendre. 

Lorsqu’on a demandé à M. Verreault si
la pluie avaient incité les détenus à se
rendre, il a répondu: «Il est possible que
ces facteurs et quelques autres aient précipité
la solution de la crise.» Au cours de
la semaine, M. Verreault avait nié que
l’un des objectifs visés par les autorités
pénitenciaires était d’affamer les mutins
pour les amener à se rendre. 

Environ 490 autres détenus de l’Institut
Laval, un pénitencier vieux de 108 ans,
ont été enfermés dans leurs cellules au
début de l’incident. M. Verreault a souligné
que l’atmosphère était particulièrement
calme dans cette partie de la prison. 

Read Full Post »

Older Posts »