Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘hostage taking’

“12 autres années de bagne pour Racine,” La Presse. November 21, 1980. Page A4.

Les tribulationsjudiciaires de Denis «Poker» Racine, 24 ans, en marge de toutes les frasques qu’il a commises ces derniers mois, bien qu’il ait été en prison depuis près de quatre ans, font partie de l’histoire ancienne depuis sa condamnation à 12 années additionnelles de bagne par le juge Jean-Guy Boilard, en Cour criminelle de Saint-Jérôme.

Cette peine, qui est consécutive à toute autre que peut purger Racine,vient de lui être imposée après qu’il eut été reconnu coupable, au terme du procès qu’il a subi au début du mois, pours a participation à une prise d’otages qui a duré 57 heures, au pénitencier Archambault de Sainte Anne-des-Plaines, en septembre 1979. 

Enprononçant cette sentence qu’il a qualifiée de sévère, le juge Boilard a expliqué qu’il avait pris en considération l’important rôle qu’avait tenu «Poker» Racine au cours de l’événement. L’un des trois mutins qu il’accompagnaient, Pierre Thibault, âgé de 20 ans, avait notamment été acquitté, après qu’il eut été établi qu’il avait justement été forcé par Racine à prendre part à la mutinerie.

Advertisements

Read Full Post »

“Woodstock gripped by a Thanksgiving of terror,” Toronto Star. October 9, 1984. A7.

Keeping contact: While police blocked off roads around Woodstock, a remote-controlled robot vehicle, front right, was used to establish voice contact with a man who had barricaded himself inside a home after a weekend shooting spree that left four people dead. Police used the cover of an armored truck, left, to position the robot near the house. Photo: John Mahler, Toronto Star

Watching: An Ontario provincial policeman peers through binoculars at the Woodstock home where a gunman was thought to be holding hostages after four people died in gunfights. Photo: Colin McConnell, Toronto Star

Under siege: A crowd of curious onlookers gathers at a home in Woodstock where police staged a 20-hour siege after a man barricaded himself inside following a shooting spree that killed four people, two of them policemen. The man, flushed out last night, was being sought for the Saturday night killing of a policeman and another man in Montreal.
Photo: Colin McConnell, Toronto Star

Read Full Post »

“Racine s’était évadé du
Palais de Justice avec
un otage: 4 ans de bagne ,” La Presse. October 1, 1980. Page H-12.

Denis «Poker»
Racine, le jeune
homme de 21 ans qui
avait réussi à s’évader du Palais de justice,
le 21 mars dernier,
alors qu’il plaidait lui même sa cause devant
la Cour d’appel,
et en séquestrant
momentanément une
femme greffier en la
menaçant d’un couteau,
a écopé d’une
peinte totale de quatre années de pénitencier,
hier, devant le
juge Guy Guerin.

En prononçant cette
peine, le magistrat
avait souligné qu’il
fallait comprendre,
sans qu’il soit excusable,
l’esprit de revolte
de ce jeune homme
qui avait quitté le
domicile familial à
l’âge de 12 ans, pour
ensuite être «trimballe»
d’institution en
institution, et finalement
aboutir à Pinel,
au moment de sa
majorité.

«Très certainement
que la Société a lt
droit de demander
protection aux tribunaux
dans des cas de
ce genre, de dire le
juge, mais on doit
également convenir
qu’elle récolte les
fruits amers qu’elle a
semés, l’accusé ayant
le droit, lui aussi, de
poser la question:
«Qu’avez-vous fait
pour moi. alors que
j’avais douze et quinze
ans».

Avant que le tribunal
ne se prononce
définitivement sur
son cas. Racine avait  voulu lui-même rappeler que sa situation
avait dramatiquement changé il y a
une dizaine de jours à
peine. Et pour le
mieux, cette fois.

Alors qu’il purgeait
une peine de prison à
vie pour meurtre au
premier degré (celui
d’un adolescent à qui
on avait voulu voler
son veston de cuir, à
la Place des Nations),
la Cour d’appel avait
modifié le verdict,
pour meurtre au second
degré, et sans
recommandation
quant à la période de
détention minimale
qu’il devra purger.

«Je considérais la
première peine comme
inhumaine, dit-il.
Je ne serais sorti du
bagne qu’ à 16 ans.
Mais, aujourd’hui, je
puis envisager d’être
libéré dans environ
six ans. Ce n’est plus
la même chose, j’ai
repris espoir, et j’espère aussi que vous
n’ajouterez pas vous même
à ce châtiment
déjà lourd.»

Read Full Post »

“Inside Kingston Penitentiary – Ten Years After Canada’s Most Infamous Prison Riot,” Saturday Night. September 1981. Pages 34 & 35.

Part onePart two.

.

 

TERRY Decker, Thirty-Six, Was Attacked and Taken Hostage During The 1971 riot. ‘First they moved us into an air duct. They kept us there for a couple of hours. Then they started locking us away, three to a cell. They made us take off our uniforms and put on inmate clothing. They figured there wouldn’t be any trouble if the people outside didn’t know who was an inmate and who wasn’t. They moved us every couple of hours from one range to another. I don’t know if they did it to confuse our guys, or the inmates who might have wanted to get at us.’

The hostages were treated with an unpredictable mixture of violence and consideration. ‘I was punched pretty good,’ says Decker. ‘They flattened a disc in my back and burst a blood vessel in my eyeball.’ At the same time, he and the other hostages were given double rations. ‘If the inmates got one sandwich, we got two. And tobacco – we had more than we could ever have smoked. I have no complaints there.’ Decker was released as a show of good faith during the negotiations. He’d been held for forty hours. ‘As I was coming out, one lifer said to me, ‘It pays not to be a dog, eh?’

Four months after the incident, he returned to work. He required extensive physiotherapy and cortisone shots in the spine, but since 1973 his health has been sound. Of the six guards held hostage, Decker is the only one who still works in security – he’s now at Collins Bay penitentiary. Two of the hostages have died; one quit; one took a medical pension; one works as a groundskeeper at Millhaven. Only a portion of the prison has been restored. Several ranges have never been reopened, and the top two tiers of the functioning ranges remain sealed off. Prior to posing for this photograph, Decker had not set foot in the part of the prison where he was held hostage since the riot ten years ago. ‘I was in fear for my life all the time.’

‘THERE’S No Call For This Trade Outside,’ Says The Instructor In the Mail bag repair shop, where these inmates were photographed during a coffee break, ‘but it helps the guys do their time and provides a few dollars for upkeep.’ Last year inmates in the shop repaired five thousand bags a week. The penitentiary earns a dollar for each mailbag it repairs, but eighty four cents goes to materials. Work programmes at Kingston – like hobby and recreational activities – are curtailed by outdated facilities. The only work of rehabilitative value is data processing. Inmates are coding the records of the National Museum of Science and Technology into computer banks. ‘We’re going to get a lot more terminals,’ says Andrew Graham, the warden. ‘It’s a popular programme, and it’s a skill that’s very much in demand on the street.’

Inmates used to be paid a pittance. Last May, however, the federal pay scale was revised to coincide with civilian minimum wage rates, less the eighty-five percent of income that Statisticcs Canada calculates a single man would spend on food, lodging, and clothes. Depending on the nature of his work, a prisoner in a federal institution came between $3.15 and $5.90 a day in maximum security, $3.70 and $6.45 in medium, and $4.80 and $7.55 in minimum. Twenty-five per cent of his pay is withheld as compulsory savings. An inmate serving a lengthy sentence now has the opportunity of returning to civilian life with a few thousand dollars, rather than a few hundred.

There are good reasons for the graduate pay scale. The first is the cost of incarceration. To keep an inmate in maximum security costs $35,800 a year, versus $22,600 for medium security and $18,400 for minimum. (In a community correctional centre – where inmates work at civilian jobs and return to custody each night – the cost is $11,500. The cost of parole is $1,600 a year.) The graduated pay scale also encourages inmates to behave well in order to qualify for an institution with a lower security rating – and a higher pay scale.

Read Full Post »

“«Poker» Racine en voie de réhabilitation?” La Presse, September 20, 1980. Page F-28.

LEOPOLD  LIZOTTE

Denis «Poker » Racine, 24 ans, déjà douze
années de démêlées avec la justice derrire
lui. ballotté tout au long de son adolescence
d’une maison de correction à une autre, pour
finalement aboutir à Pinel et au bagne, aurait-il
compris, au cours des dernières heures,
que les juges n’étaient pas nécessairement
rancuniers, et la justic e fatalement
vengeresse? 

Airs qu’il y a quelques mois, il n’avait
apparemment en tête qu’un projet, celui de
quitter le pénitencier par tous les moyens,
hier, il a reconnu sa culpabilité à trois accusations
graves qui lui vaudront peut-être
deux ou trois autres années, à cet endroit.

Et le jeune homme super-agressif qui
avait fait pied de nez à la cour et aux autorités
policières, le 24 mars dernier, avait même
un certain air de repentence, lorsqu’il a reconnu
s’être évadé de la Cour d’appel en pointant
un «pic» sur la gorge d’une greffière pour
sortir de la sall e d’audienc e sans ennuis,
après avoir «désatmé» un garde, et quitter le
Palais de justice dix-sept étages plus bas,
après avoir retenu son otage pendant tout ce
temps.

Que s’est-il donc passé entre-temps?

C’est très impie, pourrait-on dire.

Lundi, son avocat. Me Dominique Talerico,
de l’Aide juridique, plaidait justement
devant cette même Cour d’appel son pourvoi
contre la condamnation à vie qui lui avait été
imposé e pour le meurtre, commis en 1977,
d’un adolescent à qui l’on avait voulu voler sa
veste de cuir.

L e verdic t du jury en avant été un de
meurtre au premier degré, il faisait face à la
détention ferme pour vingt-cinq ans.

Mais devant trois juges du plus haut tribunal
québécois, différents il est vrai de ceux
qui avaient ét é témoins de son évasion du
printemps, il plaida que la préméditation
n’avait pas ét é été prouvée , dans ce cas, et
que, partant, c’était un verdict de meurtre au
deuxième degré qui aurait dû être rendu.

La cour se déclar a du même avis, et la
condamnation fut conséquemment modifiée.

Restait à déterminer la sentence. Ou, tout
au moins, la durée minimale ce celle-ci.

Jeudi, les trois magistrats décidaient
donc, dans un autre temps de ne prononcer
aucune ordonnance, sur ce sujet. Ce qui veut
donc dire que Racine, au mieux-aller, pourrait
être remis en liberté après dix années
seulement de sa peine à perpétuité.

Et, selon son avocat, c’est ce qui a tout
changé.

Alors qu’il voulait combattre, et tout seul
au besoin, les accusations à la preuve aussi
évidente que suabondante, la double décision
de la Cour d’appel semble avoir tout changé
chez lui, a-t-il dit hier au juge Guérin.

Ce n’est plus le jeune homme qui faisait,
face à un quart de siècle au bagne, et qui n’a
pratiquement rien à perdre.

Il peut maintenant espérer.

Quant au procureur de la Couronne, M e
Contran Chamard, il n’a aucunement
«chargé» contre le prévenu qui, pendant deux
jours, avait été littéralement considéré
comme l’ennemi public no. 1, dans la métropole,
avant qu’il ne soit coincé dans une luxueuse
chambre de l’hôtel Bonaventure, où sa
bombance avait pris fin plus rapidement que
prévu.

Il a réclamé une année de détention pour
son évasion, deux autres pour la séquestration
de la greffière, et une autre pour avoir
tiré un coup de feu dans l’un des murs de
l’austère salle d’audience principale du plus
haut tribunal québécois.

Ces peines seront-elles concurrentes entre
elles? Ou s’ajouteront-elles à la peine à vi e
qui peut prendr e fin après dix ans, maintenant?

C’est ce que le juge Guérin décidera le 30.

Read Full Post »

“La prise d ’otages,
l’épouvante moderne,” La Presse. September 5, 1979. Page I-2.

par
Chris MORRIS

DORCHESTER, N.-B. (PC) – Un prisonnier

transféré du pénitencier
de Millhaven en Ontario
à la prison du 19e siècle
à sécurité maximum de
ce village de l’est du
Nouveau-Brunswick a
dit que c’était commes il était passé d’Auschiwtz à un camps de
scouts.

S’ils en est ainsi, pourquoi
ce pénitencier semblable à une forteresse
avec ses murs de pierre
et ses tourelles fu t-il le
lieu de ceré cit d’épouvante
moderne: la prise
d’otages?
Il semble que les deux
drames de ces deux dernières
années ne furent
que des aberrations et
non des manifestations
du mécontentement répandus parmi les 300
prisonniers de Dorchester.

Situé sur une colline
parmi des terres de culture
près de la frontière
entre

le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Ecosse, 

ce pénitencier sombre , à l’aspect
rébarbatif, est considéré

comme
relativement agréable par les criminels
et l’administration.

Qu’on leur laisse le
choix et beaucoup de
endur cis prisonniers
iront à Dorchester plutôt
qu’à une autre maison
de détention. L’un deux
a déclaré dans une interView
que les conditions y
étaient meilleures que
dans tout autre pénitencier,
prisonniers et gardes
y étant plus amènes.

Depuis janvier 1978, il
y a cependant eu là deux
prises d’otages. — des
gardes.

La pire des deux, selon
le directeur suppléant
Gerald G reen, fut la
deuxième, du 30 avril au
2 mai 1979.

Un fou furieux
Un condamné à 14 ans
pour tentative de meurtre
s’est emparé d’un
garde et d’un professeur
d’atelier et les a torturés.

M. Greene raconte que
le prisonnier Gerald
MacDonald a arraché
les ongles du professeur
au moyen de tenailles et
lui a brûlé les mains. Le
garde a été libéré apres
avoir été frappé à l ’estomac à coup de tournevis.

M. Greene dit que
MacDonald a va it alors
le cerveau dérangé.
Une prise d’otages au
début de 1978 a duré 128
heures. Deux détenus du
Québec ont enlevé un

garde et réclamé leur
transfert à un péniten­cier de leur province
natale.

Personne n’a été blessé
au cours du siège et
les prisonniers furent
plus tard transférés à
une unité spéciale du
pénitencier à sécurité
maximum de Laval, au
Quebec.

M. Greene dit que les
gardes n’en sont pas
devenus amers pour
autant et que l’on n’a
pas pris depuis de pre ­cautions spéciales.

Dorchester est un établissement à sécurité
moyenne plus qu’à sécurité maximum comme
Millhaven à Kingston en Ontario. IL y a une salle
de visite grande ouverte
ou les prisonniers assis à
des tables peuvent causer
avec leurs hôtes et
même les étreindre. Et
les relations sont plutôt
bonnes entre prisonniers
et gardes.

Selon M. Greene, il
serait facile de prendre
des otages, particulièrement au cours de collo ques ou durant les leçons
aux prisonniers dans les
ateliers.

«Ce n’est pas (la prise
d’otages) quelque chose
que l’on peut arrêter par
des mesures supplémentaires
de sécurité: bien
plus, ces mesures mêmes pourraient gâcher
les relations avec les
détenus.

«Si l’on prend trop de
précautions, les prisons
ne deviennent rien d’autre
que des enclos pour
animaux dangereux, ce
qui n’a pas de sens.»

Comparaisons

M. Greene trouve les
détenus des Maritimes
différents des autres. Ils
ne sont pas. en général,
des criminels aussi
«sophistiqués» que ceux
de l’O n ta rio et du Québec.
dit-il.

«Nous n’avons pas
vraim nt de crime organise
et cela compte en
m atière de sécurité.»

Jack McLaughlin, âgé
de 41 ans, vient de Montréal. Il purge une sentence
de dix ans et il
reconnaît que les mesures
de sécurité et la
composition de la population
pénitentiaire sont
différentes de celles des
prisons ou il a séjourné
de puis l’âge de 21 ans.
C’est lui qui a compa­ré Dorchester et Millhaven.
respectivement,
à un camp de scouts et à
Auschwitz.
«J’ai constaté»

dit-il,
que la plupart des prisonniers, ici, viennent disent
des Maritimes. Ils n’ont
pas passé par des unités
spéciales comme celles
du Québec et de Millhaven
où les gaz lacrymogènes et les coups
sont d ’usage courant.

«Les prisonniers d’ici
trouvent ça dur, mais il
n’y a pas eu de vraie sémeutes. Il y a rarement
des batailles, et quand il
y en a c’est aux poings .
Depuis trois ans que je
suis ici, aucun prisonnier s’a été grièvement
blessé.»

McLaulghlin parle avec beaucoup d’amertume
de Millhaven de mauvais traitements et d’actes
de brutalité qu’il attribue
aux gardes.

Faisant à l’envie des
comparaisons entre
Millhaven et Dorchester,
il dit qu’à ce dernier
endroit, contrairem ent
aux autres pénitenciers
et prisons qu’il connaît les gardes disent

«bonjour» le matin aux
prisonniers et s’informent de leur état de santé.

D’après McLaughlin,
s’ il y a jamais des prises
d’otages, des arrêts de
travail, des grèves sur le
tas à Dorchester , ce ne
peut être que par suite
de l’accumulation de
frustrations. Un incident
mineur, la goutte proverbiale qui…

Membre du comité de
liaison entre les prisonniers
et l’administration, McLaughlin dit
qu’il ne se soucie pas des
pénitenciers qui ne peuvent,
de toute façon,
aider à la réhabilitation
des criminels.

«Je ne m’intéresse
plus à rien. Je n’ai pas
de sentiments . Voilà ce
que le système carcéral
a fait de moi.

«Je n’ai absolument
plus de sentiments. Je
suis devenu froid.»

Read Full Post »

“Les jours de grande violence sont-ils
révolus dans les prisons canadiennes?” La Presse. September 5, 1979. Page I-1.

par Gérard McNEIL

de la Presse Canadienne

Un Canadien sur 1,000 se trouvera,
cette année, dans l’une des
prisons municipales ou provinciales
du Canada ou dans un pénitencier
fédéral.

Et beaucoup réagiront comme
Gilbert Rondeau quand il a passé
dix jours dans une prison provinciale
du Québec le printemps
dernier.

Député aux Communes, de
1962 à sa d éfaite aux élections
générales du 22 mai, R ondeau
était fervent partisan de la rigueur
envers les condamnés. La
prison a modifié ses idées.

«C’est une vraie maison de fous,
déclara l’homme âgé de 51 ans
trouvé coupable de fraude. C’est
un système cancéreux que l’on
veut correctif mais qui ne corrige
absolument rien»

Beaucoup de prisonniers seraient
d’accord avec Rondeau.
Les conditions intérieures ne
sont pas adaptées à la dissuasion
ni à la réhabilition. Beaucoup de
prisons sont surpeuplées avec
des installations désuètes. 

Et, ce qui est peut-être plus
important

— du moins pour les

prisonniers

ces établissements symbolisent un avenir
sans espoir.

Souvent cette situation provoque
la violence entre prisonniers,
et entre prisonniers et
gardes. Toutefois, on a lieu de
croire que les jours de grande
violence, les jours vraim ent
m auvais de 1975 et 1976, sont
révolus. Cela peut dépendre du
gouvernement fédéral progressiste-conservateur. 

Vers le calme?

Les spécialistes pensent que si
le gouvernement met en vigueur
la législation recommandée en
1977 par un sous-comité parle ­
mentaire, les incidents graves
seront rares.

De fait, leur nombre a passablement
décru au cours des années
1970, les prisonniers attendant
quelles réformes le gouvernement
instituerait par suite des
recommandations du sous-comité
parlementaire.

En 1976, les détenus menaçaient de détruire le système
pénal en causant de lourds
dommages à trois pénitenciers
fédéraux à sécurité maximum:
Laval au Québec, Millhaven en
Ontario et en Colombie-Britannique.
En 1975 et 1976, il y eut dans
les institutions fédérales 69 incidents
graves dont 35 au cours
desquels les prisonniers prirent
92 otages.

L’an dernier ainsi qu’au cours
du premier semestre de 1979, il
n’y eut que deux événements
qualifiés de graves et, par comparaison
avec ceux du passé, ils
furent bénins.

«Ce que nous considérons
maintenant m ajeur aurait été
ju g é m ineur il y a quelques a n ­
nées», a déclaré M. Howard
Mansfield, principal analyste de
la sécurité du système fédéral.

Après les désordres de 1976, la
sous-comité parlementaire trouve
le système pénitentiaire en
état de crise, sa direction
«épaisse» et inefficace, les gardes
brutaux et sans surveillance,
et les détenus furieux.

Inaction
officielle


Les 13 membres du sous-comité,
représentant les quatre
grands partis aux Communes,
recommandèrent à l’unanimité
65 réformes dont plusieurs ne
sont pas encore en vigueur.

Mais le rapport du sous-comité
est devenu une sorte de bible qui
a enseigné aux détenus comment
le systèm e fonctionne et comment
il devrait fonctionner. Ce
qui importe davantage, il leur a
donné espoir. Ils semblent compter
moins sur la violence et da ­vantage sur la publicité.

D’une série d’interviews de la
Presse Canadienne avec des forçats,
d’anciens bagnards et des
fonctionnaires d’institutions
pénitentiaires, il ressort que l’insuffisance
de la formation de
gardes, les longues périodes
d’ennui et la pauvreté des installations
demeurent les principaux
problèmes.

On semble d’accord que si l’on
ne modifie pas le système pénitentiaire,
il y aura d’autres actes
de violence, d’autres soulèvements.

Mais on n’est pas d’accord sur
la question de savoir si les conditions
se sont améliorées depuis
que l’on a donné suite à quelques

recommandations du sous-comité.

A en croire un ancien forçat de
Laval, le vieux pénitencier malfamé de Saint-Vincent-de-Paul à
Montréal, il y aurait là plus de
répression que jamais et davantage
de tentatives de suicide.
Toutefois, les institutions du
Québec ne constituent pas un
microcosme du système pénal
du Canada. La violence y sévit
plus que partout ailleurs et des
détenus soutiennent que les gardes
sont promis en raison de leur
brutalité.

Les gardes

Un fonctionnaire de Millhaven
dit que les gardes reçoivent
maintenant une meilleure formation
et que les conditions sont
meilleures. Un autre prétend
qu’il reste des gardes très durs
envers les détenus.

A Stony Mountain au Manitoba,
on a formé un groupe de
«living unit officers» (agent vivant
sur place) chargés de rendre
la vie plus tolérable pour les
détenus. Ces gardes ne portent
pas d’uniforme, ils sont en permanence
affectés aux cellules et
conseillent les prisonniers. Des
fonctionnaires louent l’efficacité
de cette mesure; d’autres la
nient.

«C’est une farce, dit un ba ­gnard. Autrefois, ces gens
étaient des gardes norm aux de
tous les jours.

«Et tout à coup on en fait des
conseillers sans qu’ils aient reçu
de formation».

Un fait que l’on ne conteste
pas. C’est que l’autorité pénale
semble écouter davantage les
prisonniers.

«Je pense que l’on profite davantage de la correspondance,
dit M. Mansfield. Les détenus
reçoivent maintenant une réponse,
et qui n ’est pas cavalière».

Quand un prisonnier est accusé
d’un délit, c’est un président
indépendant et non plus seulement
le sous-directeur qui écoule
sa version. On a encouragé la
formation de comités de prisonniers
et de citoyens qui souvent
s’efforcent ensemble de corriger
une situation qui, dans le passé,
aurait donné lieu à un affrontement.

Le «commissaire correctionnel»
Howard Yeomans n’est pas
spécialiste des prisons mais s’y
connaît en administration. Il
exige des rapports suivis et,
dans une certaine mesure, a mis
de l’ordre dans ce qui était un
fouillis.

Formation
inutile


Depuis nombre d’années, les
prisons fédérales avaient des
programmes de formation mais
il a fallu l’enquête du sous-comité
en 1976 pour qu’on sache que
les certificats remis aux prisonniers
ne les aidaient nullement à
obtenir un emploi.

Les cours de métier qu’on leur
dispense sont maintenant reconnus
par les provinces, ce qui
donne aux prisonniers libérés la
chance de trouver du travail.

Le Parlement a amendé la loi
des libertés conditionnelles pour
rendre la vie plus dure aux prisonniers
dont la libération est
annulée. A l’intérieur du système,
on a formé deux unités spéciales
l’une à Millhaven et l’autre
à Montréal.

Quiconque prend un otage,
s’évade ou comme et un acte de
violence en prison se retrouve
dans cet unité pour au moins dix
mois.

Il y est enfermé 19 heures par
jour avec un appareil de télé
comme seule distraction. Les
cellules ont trois murs d ’acier et
un en béton. Elles sont éclairées
24 heures par jour.

Un prisonnier de Milhaven
s’est crevé les yeux dans l’espoir
qu ’on le renverrait aux Etats-Unis
et qu’il y obtiendrait la libération
conditionnelle. Il sera libéré
mais il est aveugle d’un oeil
et voit à peine de l’autre.

L’oisiveté

A la prison de Winnipeg, deux
prisonniers se sont suicidés
après huit mois de réclusion
dans des cellules ressemblant à
des alcôves avec des toilettes à
la vue de tous. Comme dans la
plupart des prisons, ils n’avaient
rien à faire.

Il semble que les installations
physiques, le désespoir et un
ennui mortel portent au suicide
dans les prisons. D’après l’Association
canadienne des libertés
civiques, le taux des suicides
chez les prisonniers est 12 fois
plus élevé que dans le public en
général.

Directeurs, gardes et prisonniers
s’inquiètent du nombre
croissant des condamnés à un
minimum de 25 ans pour meurtre
au premier degré et à un minimum
de 10 à 25 ans pour meurtre
au second degré.

Plus de 1,000 prisonniers croupissent
en prison pour avoir tué
et depuis 1976 une centaine s’y
trouvent en principe pour 25 ans,
ne pouvant être libérés avant le
21e siècle.

D’après des fonctionnaires, vingt-cinq ans dans n’importe
quelle prison rend inapte à quoi
que ce soit quand on est finalement
libre.

Un porte-parole de la John
Howard Society, à Kingston, a
dit: «Un système pénitentiaire
est un milieu où un certain nombre
de forces s’opposent à d’autres…
C’est pourquoi nous recommandons
des institutions
plus petites où les gens (le personnel
et les prisonniers) peuvent
communiquer de l’un à l’autre».

Read Full Post »

Older Posts »