Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘insurgency’

JS: So, I want to start off by asking you about a phrase that you use in your latest book. You say that we now have a counterinsurgency warfare model of politics. What do you mean by that?

BH: So, what I mean by that is that basically all of the [ways] in which we govern abroad and at home is now funneled through a particular way of thinking about the world. It’s a mentality. It’s a way of thinking about society that triggers particular kinds of strategies and politics that result from that. And the way of thinking about society is this counterinsurgency paradigm of warfare.

So, counterinsurgency started in the 1950s – well, it started long before then, but it kind of crystallized with Western powers in the 1950s and 60s in Algeria, and Indochina before then, and in Vietnam for the Americans. And it was a particular way of thinking about society, the way society is structured into three groups. With, on the one hand, a small active minority who are the insurgents, and a large passive majority who can be swayed one way or the other, and then a small minority of counterinsurgents.

And that way of thinking has become internalized, second hand. Most, I would say, many in America, but certainly our political leaders are looking at the world through that lens when they look at other countries when they look domestically at their own population, and as a result of that it triggers particular kinds of counterinsurgency practices, really. And three practices particularly that I think when you look at what we’re doing both abroad and at home, you see resonances of them everywhere. The first is the idea of getting total information awareness. That’s always been the key linchpin of counterinsurgency theory, is to get total information on the total population.

And that’s what distinguishes it from just getting good intelligence. It’s that you have to get total intelligence on the total population, not just targeted to people who you suspect, but on the total population. So that you can make a distinction between or you can identify that small group of active insurgents. And you need the information on everyone so that you can make that separation, those fine distinctions between someone who is in that active minority or someone who’s just [in the] you know, passive masses. So that’s the first strategy. The second strategy is then that you have to rid of the active minority that you identified, just that small group of individuals, the insurgents, and you do that through any means possible. And then the third strategy is to win the hearts and minds of the masses, basically.

And I think that starting after 9/11. We saw that way of thinking become the dominant way of governing abroad particularly with the war in Iraq, but then more generally with the use of drones outside of war zones et cetera, use of total information through the NSA in the way in which everything was captured about everyone to the most minor detail. And then also trying to pacify the masses in Iraq through kind of some provision of services or just distribution of cash. But then eventually, when this way of thinking comes back to the United States through different forms of pacification of the masses. Particularly right now, I would say through forms of distraction, really.

JS: How does this counterinsurgency warfare model of politics apply in the Trump era?

BH: The Trump Administration is kind of a crystallization, or it seals the deal really on this on this model of governing. But what I want to emphasize though is that it wasn’t unique to Trump. And so, it goes back and it threaded through the Obama Administration and the Bush Administration.

I’ll come back to that in a second. But when you see it today, what you see predominantly is through Trump’s creation of an internal enemy. So, one of the things that drives counterinsurgency ways of thinking is having an internal enemy that, the internal enemy which is that identifiable small class of the active insurgents.

And I think that Trump [has] really rested his entire way of governing us by creating internal enemies out of whole cloth, really, in this case. It started with the Muslims and Muslim Americans and the idea that we needed a Muslim ban.

But when you listened to the rhetoric that surrounded the Muslim ban, it was this rhetoric about, “Muslims are coming into the country. We got to keep them out and even the ones who are here aren’t patriots. They don’t call the police when they have information. We need a registry for them. We need – there was talk about –

JS: Surveillance on mosques.

BH: – Well, exactly, right. All of the surveillance on the mosques and on all of the Muslim businesses, everywhere. And so, all of that was the creation of a dangerous element in this country, which were the Muslim Americans. And we saw it, of course with Mexican Americans, with talking about Mexicans as criminals, as rapists. You saw it just recently with the whole caravan episode, right. I mean, I think that the caravan episode was an effort to create an internal enemy because it was not only identifying and indexing this real group of individuals, but I think it was, through those groups of individuals, it was pointing at all of the undocumented persons who are in this country and who substantiate that threat.

JS: If that philosophy is as you say, what is the purpose then of identifying these people as you say, as sort of the insurgents?

BH: It’s a coherent strategy that not only kind of identifies the danger and then, of course, tries to eliminate the danger, right. But is doing that in part to pacify the masses to win the support of the masses to bring them on Trump’s side. And of course, that was exactly a strategy for the whole week preceding the midterm elections, right? It was to win the hearts and minds of Americans by targeting this dangerous internal enemy that was coming to the border but that also is in the country, is in the country already. It’s these undocumented residents.

So, it’s got these different prongs to it and in part, what’s always been unique about counterinsurgency theory from the 1950s is that it is focused on the population in this interesting way. So, when you read all of the text by the great counterinsurgency commanders — the French, and British, and some Americans, and texts that were written for and by the RAND Corporation on counterinsurgency — one of the central pillars of this way of thinking is that the battle is over the population. It’s over the masses.

– Jeremy Scahill interviews Bernard Harcourt, “THE COUNTERINSURGENCY PARADIGM: HOW U.S. POLITICS HAVE BECOME PARAMILITARIZED.” The Intercept, November 25, 2018.

Read Full Post »

Photographs from Opération Tacaud, the French intervention into the Chadian civil war, 1978-1980. Source.

Read Full Post »

“Cambodge: Avec Les Maquisards Khmers,” La Presse. September 4, 1980. Pages 01 & 08.

Notre envoyé spécial
au Cambodge, Jooneed
KHAN, a vu les
manoeuvres de la
guérilla, interrogé des
blessés et assisté à un
spectacle folklorique
dans le maquis. Son
reportage en page A 8


La Guerre  du Cambodge: Une résistance périphérique

-4-
Jooneed Khan, Envoyé spécial de LA PRESSE

Pour combattre les 250,000
soldats vietnamiens qui
j occupent le pays («l’équivalent
de 10 millions de soldats soviétiques
sur le sol américain», souligne
Thiounn Mumm), le Kampuchea
démocratique dit disposer
de 60,000 maquisards réguliers et de 50,000 guérilleros de village.

Dans les milieux occidentaux
de Bangkok, on estime à 40,000
hommes la force militaire des
Khmers rouges mais l’on admet
volontiers qu’ils représentent la
seule armée qui compte vraiment
dans l’actuelle guerre de
Résistance.

J’ai assisté aux manoeuvre s
d’une compagnie de 200 maquisards
dans les collines d’Oddar
Mean Chey, surplombant la
chaîne des Coulènes, au sud.
«Angkor Wat est derrièr e ces
montagnes, m a dit le ministre
Keat Chhon. Vous avez dû lire à
Bangkok que nos maquisards
opèrent dans la région».

Sauf pour les armes de fabrication
soviétique ou chinoise
capturées sur les Vietnamiens,
tout l’équipement de la guérilla
vient de Chine, depuis les uniformes,
casquettes et espadrilles
vertes jusqu’aux fusils AK-47,
mitrailleuses légères et lourdes,
bazookas antichars DK-75 et
DK-82 au canon sans recul, obusiers
anti-infanterie B-40 et B-54
et mines 69 efficaces sur une
superficie de 1,600 mètres carrés.

«Au début de l’invasion vietnamienne,
nos forces ont tenté
d’opposer une résistance frontale
et ce fut une grave erreur»,
m’a avoué Khieu Samphan. On
estime de source informée à
30,000 hommes les pertes cambodgiennes
dans cette première
phase, mais Khieu Samphan n’a
pas voulu donner des chiffres

«Ce fut difficile pour nos
hommes de se réadapte r à la
guérilla après avoir pratiqué des
luttes conventionnelles, a-t-il
poursuivi. Il fallait qu’ils fassent
leurs propres expérience s et
c’est grâce à la guérilla que nous
avons résisté à l’offensive vietnamienne
de la saison sèche .
Nous somme s maintenan t en
pleine guerre d’usure.»

Sao Taem, 28 ans, est chef de
compagnie. Originaire de Kompong
Cham, il est entré dans la
guérilla en 1970 et, aprè s avoir
servi dans l’armée régulière de
1975 à 1978, il s’est reconverti à
la guérilla comme tous ses camarades.

Des opérations
en petites unités

Il m’explique que les maquisards
opèrent en petites unités
de trois à quatre hommes, avec
un ou deux AK-47, un ou deux bazookas et une mitrailleuse ,
des mines et des piquets de
bambou. Chaque unité a pour
objectif de tue r ou blesser au
moins un Vietnamien par jour.

La tactique de routine consiste
à

tendre des embuscades sur les
routes empruntées par les détachements
vietnamiens, souvent
sur la foi de renseignements
fournis par des villageois, et de
disparaître ensuite dans la forêt.

Ce scénario m’a été plusieurs
fois confirmé par des maquisards
blessés que j’a i interrogés
à l’hôpital militair e de Nong
Preu, au pied du Phnom Malaï,
dans la province de Battambang,
où je me suis rendu quelques
jours plus tard.

Les maquisards opèrent en
étroite liaison avec la guérilla
des villages et même avec les
Forces d’autodéfense mises sur
pied par les Vietnamiens.

«Ces forces locales adoptent
une attitude à double face, m’ont
raconté plusieurs maquisards.
Elles ne peuvent pas défier oùvertement
les Vietnamiens,
mais la nuit elles travaillent
pour la Résistance.»

Le Kampuchea démocratique
a adopté par ailleurs une stratégie
de résistance et de repli périphériques.
Autre nécessité vitale
pressenti dès 1975 avec l’évacuation
de Phnom Penh. Objectif:
ôter à l’éventuel envahisseur
toute possibilité de contrôler le
pays uniquement à partir de son
noyau «moderne» et l’obliger à
se répandre faiblement jusque
dans les campagne s propices à
la guérilla.

Le retour de plus de 2 millions

de réfugiés dans leurs villages,
les problèmes du ravitaillement
des villes après les dévastations
provoquées par les bombardements US et la crainte de nouveaux
bombardements motivèrent
également l’évacuation des
villes en 1975. 

Hanoï contrôle
un noyau vide

Mais le facteur stratégique
revêt une pertinence cruciale
depuis l’invasion vietnamienne:
Hanoï contrôle un noyau presque
vide mais sans contrôler le pays
ou la population. Pour écraser la
Résistance, il lui faut envoyer
ses troupes sur le terrain de la
guérilla.

Les Vietnamiens avaient le
Nord-Vietnam et le Cambodge
comme bases oour faire la guerre
au Sud-Vietnam. Les Cambodgiens
n’ont aucun sanctuaire
semblabl e pour libérer leur
pays; ils n’ont pas d’autre choix
que de s’accrocher au terroir
national.

Aussi, les bases périphériques,
le long des 800 km de frontière
avec la Thaïlande notamment,
sont-elles solidement implantées
et lourdement minées et piégées
contre toute avance frontale de
l’infanterie vietnamienne.

Contre cette stratégie du repli,
Hanoï dispose cependant d’une
arme meurtrière, l’aviation. Et
les dirigeants du Kampuche a
démocratique sont convainfc’ïRT
que le Vietnam devra tôt ou tard
recourir aux bombardements
aériens des zones libérées.

Pour cette raison, la population
des zones libérées est groupée
dans des villages camouflés
sous les arbres aux flancs des
collines et comptant rarement
plus de 1,500 à 2,000 habitants
chacun: chaque village peut être
évacué en moins d’une heure,
m’a dit Thiounn Mumm.

Depuis ma visite, l’armé e
thaïe a fait état de la présence de
Migs vietnamiens à Siem Reap,
à mi-chemin entre les provinces
d’Oddar Mean Chey au nord, et
de Battambang, à l’ouest.

Au pied du
Phnom Malaï

Avant de quitter Oddar
Mean Chey, j’ai insisté une
fois de plus, auprès de Khieu
Samphan cette fois, pour visiter
d’autres zones khmères rouges.

Et il a dit: «Bien. Nous allons
communiquer votre identité aux
responsables de Nong Preu,
dans la province de Battambang.
Ils vous y accueilleront
mais vous devez y aller par vos
propres moyens».

C’est ce que j’a i fait dès mon
retour à Bangkok. Avec la précieuse
aide du journaliste japonais
N’aoki Mabuchi, j’ai passé
trois jours à obtenir de l’armée
thaïe les autorisations nécessaires
«pour aller jusqu’à la frontière
mais non pour la franchir, ce
qui est formellement interdit».

Nong Preu, avec Thari ket
Khao Din, fait partie d’un vaste
ensemble de villages khmers
rouges totalisant quelque 60,000
habitants au pied du Phnom
Malaï, à une cinquantaine de
kilomètres au sud d’Aranyaprathet.

Les Vietnamiens bombardent
cette position depuis plusieurs
mois, atteignant presque quotidiennement
des villages thaïs,
mais leur infanterie est embourbée
par la saison des pluies et la
résistance khmère.

J’y suis arrivé à l’improviste.
Chhorn Hay, secrétair e aux
Communications du Kampuchea
démocratique , alert é pa r les
enfants, est venu nous accueillir .
Il a examiné mon passeport et
déclaré, simplement: «Nous
vous attendions».

Apprivoiser
la forêt

Comme dans le nord, la population
apprivoise la forêt depuis
près d’un an: cases de bois et de
chaume, potagers, artisanat,
écoles. Avec, en plus, une étonnante
joie de vivre. Les habitants,
qui ont troqué le noir du
régime Pol Pot pour des couleurs
plus gaies, ont improvis é
une représentation musicale de
deux heures.

Trois musiciens, avec des instruments
fabriqués sur place,
six chanteuse s et une centaine
d’enfants ont chant é des chansons
folkloriques et présenté des
danses khmères traditionnelles.

Chhorn Hay était là, avec sa
femme et son fils de 6 ans qu’il a
retrouvés récemment à Khao-I-Dang.

Il a fallu couper court au spectacle
artistique pour visiter l’hôpital
militair e de 200 lits, ave c
une unité chirurgicale, un médecin
et un chirurgien. Cet hôpital
reçoit régulièrement la visite
d’un médecin et de deux infirmières
canadiens, m’a-t-on dit.

Si les dirigeants du KD voulaient
faire bonne impression,
c’est à Nong Preu qu’ils auraient
dû établir un centre de réception
pour la presse mondiale, au lieu
du camp d’accueil d’Oddar
Mean Chey.

Dans les jours qui ont suivi,
j’ai visité les camps de Nong
Chan (sihanoukiste) et de Nong
Samet (khmer sereï), au nord
d’Aranyaprathet, toujours en
violation des consignes de l’armée
thaïe de ne pas franchir la
frontière.

Un triste
contraste

Le contraste choquait. Aucune
organisation, aucun esprit
communautaire . D’immenses
bidonvilles crasseux. Aucune

culture non plus, les huttes et les
tente s entassée s les unes près
des autres.

Des hommes armés, en jeans,
circulant à pied ou en motocyclette
au milieu des jeeps et des
camions-citerne s de la Croix-Rouge
internationale et de l’Unicef.

Au centre de la Croix-Rouge, à
Nong Chan, un homme interroge,
avec l’aide d’un interprète,
une famille khmère. A l’entrée,
des photos et des lettres sont affichées.
Il y en a une d’un Cambodgien
de l’île Bizard qui recherche
des membre s de sa famille.

Un médecin de la Croix-Rouge
vient de terminer son mandat. Il
va rentre r en Angleterre . Son
bilan, après six mois d’efforts?
«Il y a une nette dégradation des
conditions sanitaires à Nong
Chan et Nong Samet. La population
ne veut pas s’aider ellemême».

Ces camps sont en effet des
centres de distribution de l’aide
internationale, dont plusieurs
agences veulent priv r les
Khmers rouges «parce que civils
et combattants s’y confondent».
Ils attirent par ailleurs les gens
de l’intérieur, dont un bon nombre
préfère y reste r plutôt que
de retourner sous contrôle vietnamien.

Caption:

A quelques kilomètres des positions de l’artillerie vietnamienne,
ces fières Cambodgiennes ont exécuté des danses traditionnelles khmères , accompagnée s de trois musiciens et de six
chanteuses, durant ma visite à Nong Preu.

Photo:
Joaneed Khan, LA PRESSE.

[The rehabilitation of the Khmer Rouge after the Vietnamese army overthrow their genocidal government is a real interesting phenomena in conservative papers of the time – suddenly, the communist murderers transmute into patriotic resistance fighters, so long as they are shooting Russian allies.]

Read Full Post »

“La Guerre Du Cambodge,” La Presse. August 30, 1980. Page 01 & 07.

Notre reporter est allé dans le maquis

La survie d’un people

JOONEED
KHAN

(notre envoyé
spécial)


1

Une guerre totale de libération
nationale oppose depuis
plus de 20 mois le peuple cambodgien
à une armée d’occupation
de 250,000 Vietnamiens. On l’a appelée la 3e Guerre d’Indochine;
il serait plus juste de parler
de la Guerre du Cambodge.

C’est ce que j’ai constaté durant
les deux semaines tout aussi
émouvantes que mouvementées
que je viens de passer dans
la zone libérée de deux à 10 km
de profondeur longeant les 800
km de frontière avec la Thaïlande.

Dans cette région charnière
entre «les deux Asîes» — la brune
et la jaune — sur cette riche
terre de rizières et d’étangs poissonneux,
berceaux des civilisations
khmère, thaïe et chame, se
livre l’un des plus meurtriers
conflits de notre époque.

Ce conflit coincide, au niveau
global, avec la poussée soviétique
vers la Sud-est asiatique
pour contenir la Chine et pour
contrôler les voies maritimes
entre les océans Indien et Pacifique.
Mais de façon plus immédiate et plus urgente, c’est la
survie même du peuple cambodgien
qui est en jeu et, par conséquent,
l’existence même d’un
Cambodge souverain, car il est
déjà intégré de force, avec le
Laos (occupé par 60,000 soldats
vietnamiens), à une «Fédération
indochinoise» de fait, sous la
domination de Hanoi.

Or le peuple cambodgien — ce
qu’il en reste après la lutte contre
les Français, les répressions
sihanoukistes, les bombardements
US sous Lon Nol, les purges
et les massacres sous Pol
Pot, et maintenant l’occupation
vietnamienne — refuse de mourir.

La volonté
de combattre


Réduits à l’état de réfugiés
dans leur propre pays, forcés de
vivre de la charité internationale,
minés par le paludisme et la
famine, les centaines de Cambodgiens
de toutes les factions
que j’a i rencontrés et interrogés
ont tous exprimé, face à la terrifiante
machine de guerre vietnamienne,
une incroyable volonté
de combattre.

En envahissant le Cambodge
au mois de décembre 1978, Hanoi
prétendait «libérer» le peuple
khmer du «joug de Pol Pot»: en
réalité, l’invasion vietnamienne
a décimé un nombre incalculable
de Cambodgiens morts de
famine et de maladie dans une
fuite de plusieurs mois à travers
la forêt vers la frontière thaïe
quand ils n’étaient pas massacrés
sur place.

Elle a de plus chassé un demimillion
de Cambodgiens hors du
pays et plus d’un million d’autres
sont aujourd’hui massés le
long de la frontière thaïe, en territoire
cambodgien, dans un
chapelet de camps, de «villages
nouveaux» et de bases de guérilla
contrôlés par l’une ou l’autre
des quare factions de la Résistance
khmère.

Hanoi a déployé huit à dix divisions
(50,000 à 70,000 hommes)
dans cette zone, avec de l’artillerie
lourde, des chars et des véhicules
blindés, mais ses forces
restent cantonnées près des routes
asphaltées, no parvenant ni à
«nettoyer» ni à fermer la frontière.

Durant trois semaines, j’ai
parcouru plusieurs milliers de
kilomètres au nord et au sud de
la ville-frontière d’Aranyaprathet,
avec d’autres journalistes,
en taxi et à pied, passant la frontière
à différents endroits en
déjouant la vigilance de l’armée
thaïe et en prenant, face à l’artillerie
vietnamienne, les mêmes
risques que les Cambodgiens —
et les villageois thaïs d’ailleurs.

Phnom Malaï
tient toujours


J’ai passé des journées entières
à Nong Chan (sihanoukiste
— 50,000 réfugiés), à Nong Samet (Khmers sereï – 100,000 réfugiés)
et Nong Preu (Khmers
rouges — 60,000 réfugiés), dans
la province de Battambang.
Nong Preu se trouve au pied du
Phnom Malaï. Certaines agences
de presse avaient proclamé
la prise de cette région par les
Vietnamiens depuis plusieurs
jours: il n’en était absolument
rien.

N’ayant pu me rendre aux
camps des Khmers sereika (le
Front de libération dirigé par
Son Sann), à cause de leur éloigne
ment et de la sécurité militaire
thaïe, j’a i longuement interviewé
leurs représentants à
Bangkok, qui m’ont d’ailleurs
fourni une riche documentation
écrite et photographique.
J’ai également passé deux
jours dans un camp de la province
septentrionale d’Oddar Mean
Chey, en compagnie du premier

ministre Khieu Samphan, du
Kampuchea démocratique, de
deux ministres et de plusieurs
autres dirigeants du Front de
grande union nationale patriotique
et démocratique (FGUNPD )
et où j’a i visité deux villages et
assisté à des manoeuvres de la
guérilla.

Des centaines d’entretiens
avec les dirigeants et la population,
y compris les gens de l’intérieur
qui viennent à la frontière
au rythme de 100,000 par semaine,
en charettes à boeufs, à bicylette
et à pied, chercher des vivres
et acheter à prix d’or des
articles domestiques sur le marché
noir, un vaste consensus se
dégage sur les points suivants:

L’expansionnisme
des Yuons


• Les Yuons (terme péjoratif
signifiant «barbares» par lequel
les Khmers et les Thaïs désignent
les Vietnamiens), mêmes
communistes, restent les expansionnistes
qu’ils ont toujours
été: ils avalèrent le royaume du
Champa du 15e au 17e siècles
(l’actuel Centre-Vietnam) et le
Kampuchea Drom au 19e siècle
(l’actuel Sud-Vietnam); ils veulent
maintenant avaler le Laos
et le Cambodge.

• Hanoi mène au Cambodge une
véritable entreprise de colonisation,
chassant les Khmers qui
refusent de se soumettre, bloquant
ceux qui veulent rentrer,
cherchant à asservir ceux qui
restent par la force militaire et
l’arme alimentaire, installant
massivement des familles vietnamiennes
au Cambodge et
imposant la langue vietnamienne
dans les écoles et dans l’administration
HengSamrin;

• Le Vietnam, et plus précisément
la classe dirigeante de
Hanoi, est l’ennemie de la
nation cambodgienne et la guerre
de libération s’impose comme
la grande priorité nationale; les
diverses factions khmeres doivent
donc taire leurs divergences
politiques jusqu’à ce que le
dernier «Yuon » soit chassé du
Cambodge;

• Les quatre camps qui forment
la Résistance khmère souscrivent
tous à la résolution 3422 de
l’ONU réclamant le retrait total
et inconditionnel des troupes
vietnamiennes du Cambodge et
prévoyant, ensuite, la tenue
dans le pays d’élections libres,

au scrutin secret, sous la supervision
directe du secrétaire général
Kurt Waldheim. 

Le Vietnam embourbé

Je ramène enfin de ce voyage
dans le maquis cambodgien la
certitude que l’armée vietnamienne
au Cambodge est dans la
même situation que la puissance
US au Vietnam il y a moins de 10
ans: elle ne peut pas être vaincue
mais elle ne peut pas vaincre
non plus car elle a le peuple
cambodgien contre elle.

Hanoi est donc obligé de mener
une guerre classique, le long
des grands axes routiers et ferroviaires.
Incapable de
«khmériser » la guerre, il doit
maintenir sur place une armée
de 250.000 hommes. Parti e sur
une stratégie de «guerre éclair,
victoire éclair», la machine militaire
vietnamienne s’est enlisée
dans une guerre d’usure qu’elle
ne peut gagner à moins d’exterminer
le peuple khmer.

Et c’est ce qui confère une
urgence dramatique à une solution
politique rapide du conflit,
conformément à la résolution de
TONU, car les quelque cinq millions
de survivants cambodgiens
vont combattre jusqu’à la mort
plutôt que de se laisser subjuguer
par leurs puissants voisins
vietnamiens, dix fois plus nombreux
qu’eux.

Le Cambodge moderne 

Le Cambodge moderne
(couvrant une superficie
d’environ un huitième du Québec)
est ce qui reste de la magnifique
civilisation d’Angkor qui.
aux li e et 12e siècles, s’étendait
jusqu’au Siam (la Thaïlande) à
l’ouest, jusqu’au Laos au nord,
et jusqu’au centre et au sud Vietnam
à l’est.

Rogné presque simultanément
par le Siam et le Vietnam, il s’est
finalement limité, au sortir de la
2è Guerre mondiale, à des chaînes
de montagne encerclant la
vallée du Mékong et le Tonlé Sap
( l e Grand Lac ) où se concentrait,
jusqu’à l’invasion vietnamienne
de décembre 1978, plus
de 80 p. cent des sept millions de
Cambodgiens, vivant essentiellement
de la riziculture inondée.

De culture fortement indianisée
(la langue khmère, comme
le thai d’ailleurs, est apparentée
au sanskrit et au pali, et la religion
est le bouddhisme venu de
l’Inde), les Cambodgiens sont
très proches des Thaïs et des
Laos, mais totalement distincts
des Vietnamiens qui, eux, sont
de souche et de culture chinoises.

Au royaume du Cambodge,
devenu indépendant de la France
en 1953 sous le prince Sihanouk,
succéda avec le coup d’Etat
de 1970 la République khmère
du maréchal Lon Nol.

La victoire des communistes
en 1975 amena la création du
Kampuchea démocratique
(Kampuche a étant le nom du
pays en khmer et dénotant un
respect des minorités nationales
dont était dépourvue l’appellation
«République khmère» ) et
c’est ce gouvernement qui est
toujours reconnu par l’ONU.

Le Vietnam, qui renversa le
Kampuchea démocratique par
la force en janvier 1979, s’efforce
de faire reconnaître la
«République populaire du Kampuchea»
que lui-même a installé
à Phnom Penh.

Les factions
khmères

Cinq camps distincts occupent
présentement le paysage
politique du Cambodge, quatre
allant de la gauche à la droite
étant objectivement unis dans la
Résistance pour combattre le 5e
considéré comme traître à la
patrie et marionnette de Hanoi.

Il y a d’abord le Kampuchea
démocratique (KD ) groupant les
Khmers rouges (communistes)
mais aussi, depuis l’invasion
vietnamienne, des non communistes
comme le ministre de l’Economie
et des Finances
Thiounn Thioum, 56 ans, docteur
en droit (Paris), ex-universitaire
et homme d’affaires, qui fut
évacué de Phnom Penh en 1975
pour travailler dans une coopérative
de la province de KompongSpeu.

Estimant que l’impératif est
désormais la survie de la nation
kampuchéane, le KD, mettant le
socialisme en veilleuse, a créé
un Front de grande union nationale
patriotique et démocratique
(FGUN ) pour unir toutes les forces
du pays contre l’occupation
vietnamienne. C’est lui qui mène
véritablement la guerre de libération.

Les Khmers sereika

Il y a ensuite le Front national
de libération du peuple khmer
(FNLPK ) formé des Khmers
sereika (ce mot signifiant
«liberté» ) et présidé par Son
Sann, 69 ans, ancien gouverneur
de la Banque nationale et ancien
premier ministre de Sihanouk.
Ce front républicain et anticommuniste
compte quelques milliers
de combattants sous le
commandement du général Dien
Del, ex-officier lonnolien mais
éprouve des difficultés à trouver
des armes.

En troisième lieu, on trouve
les Sihanoukistes, quelques centaines
d’hommes mal armés qui
étaient groupés, au moment de
ma visite à leur camp de Nong
Chan début août, sous le commandement
de Kong Sileah, exofficier
de la marine royale, au
sein du Mouvement de libération
nationale du Kampuchea
(Moulinaka). Kong Sileah est
mort de malaria cérébrale deux
semaines après notre entretien.

Les Khmers sereï

Il y a enfin les Khmers sereï
(ou libres), manipulés par la
C IA et la droite militaire thaïe
depuis les années 1959, et qui ont
dégénéré en groupuscules armés
disparates sous les ordres de
petits «seigneurs de la guerre»
en perpétuel conflit pour le contrôle
du marché noir à la frontière.

Depuis l’attaque vietnamienne
du mois de juin contre le village
thaï de Ban Non Mark Moon et le
camp de réfugiés du même nom,
l’armée thaïe s’emploie à les
regrouper au sein d’un front
commun antivietnamien et les
Khmers rouges ont réussi à épurer
quelques-uns des groupes.

Le 5e camp est constitué par
les Khmers vietminh du régime
HengSamrin. Il s’agit de Cambodgiens
recrutés et formés au
long des 40 dernières années par
les Vietnamiens pour prendre le
contrôle de la lutte de libération
au Cambodge. Nombr e d’entre
eux, tel que Pen Sovan, l’homme
fort du régime Heng Samrin, ont
vécu presque toute leur vie à
Hanoi. Ils servent aujourd’hui de
caution à l’occupation du Cambodge
par l’armée vietnamienne.

Captions:

1)

Un maquisard khmer rouge lors des manoeuvres dans la province d’Oddar Mean Chey, dans le

nord-ouest du Cambodge.

Photo: Jooneed Khan, LA PRESSE

2) Cette carte, publiée en 1978 par le Kampuchea démocratique, montrait
la poussée vietnamienne à partir du nord vers le royaume du Champa
(avalé au 17e siècle) et le Kampuchea Krom (annexé au 19 siècle). Les
Vietnamiens sont aujourd’hui au Laos et au Cambodge, et menacent la
Thaïlande.

Read Full Post »