Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘provincial prison’

“Five years after Ontario vowed to curtail its use of solitary confinement, average inmate stays in segregation cells have grown longer, with one prisoner in Ottawa remaining in isolation for at least 835 days, according to newly released provincial data.

The statistical snapshot shows that solitary confinement, the prison practice of isolating inmates for 22 or more hours a day without meaningful human contact, remains a central component of provincial jail operations. It also raises questions about the commitment of the new government of Progressive Conservative Premier Doug Ford to pending legislation that would severely limit its use.

The most glaring figure comes from the Ottawa-Carleton Detention Centre, where government spreadsheets indicate a Muslim man with mental-health issues, between the ages of 35 and 39, was housed in solitary for at least 835 days. Little more is known about him. United Nations guidelines recommend 15 days as a limit for segregation placements to prevent lasting mental and physical harm. Earlier this year, the previous Liberal government passed legislation that would enshrine those 15-day caps, but it has yet to be proclaimed by the Lieutenant-Governor.” 

– Patrick White, “Length of solitary stays increasing in Ontario prisons, including 835 days for one inmate.The Globe and Mail, November 5, 2018.

Read Full Post »

“Quebec Radio Man Warned By Thugs,” Montreal Star. January 25, 1937. Page 01.

Danger Threats Made For Giving Information On Jail Break

QUEBEC, Jan. 25 – (C.P.)
Three telephone calls warning a radio announcer that he was in danger if he continued sending out reports of a jail-break were received by a local statoon today. The station is said to have broadcast last night reports of the escape of Monorat [sic] Bernard and Arthur Fontaine from Quebec jail.

Several persons were questioned at provincial police headquarters in the legislative buildings and officers searched the narrow avenues of Lower Quebec for the two men who fled last night after they had been permitted to leave their cells to confer with their lawyer. No arrests have been made.

While police guarded the railway stations and posted men on all highway outlets, officials of the Attorney-General’s Department announced that Leonce Charboneau, assistant jail governor, and Sergeant Alphonse Vezina had been suspended pending investigation into the escape of the two prisoners, armed with five revolvers and a supply of cartridges.

Bernard, 28, and Fontaine, 32, who had been awaiting trial for a series of robberies, were last seen leaving a taxi near the outskirts of the city. Police, however, said they believed the pair were still hiding in the city.

The prisoners escaped from jail visitors’ room where they had been escorted to talk with their lawyer, Paul Lescage. Jail officials said that Fontaine drew a revolver as soon as he got into the room, relieved the guard of the keys and fled with his companion after stealing four revolvers and ammunition from the office.

Read Full Post »

“2 Individus S’Evadent De La Prison De Québec,” La Patrie. January 25, 1937. Page 2.

QUEBEC, 25. (P.C.) – La police municipale et la police provincile de la capitale ont été mobilisées pour retrouver deux individus qui s’évadèrent, hier soir, de la prison de Québec, après avoir enfermé deux gardes de la prison et volé plusieurs revolvers et des cartouches dans les bureaux.

Les deux fugitifs sont Honorat Bernard, 28 ans, et Arthur Fontaine, 32 ans, arrétés le 16 octobre pour cambriolages et qui attendaient leur procès aux assises criminelles. Au moment de leur évasion, ils étaient au parloir à causer avec leur avocat, Me Paul Lesage, Fontaine se leva soudain et, tirant un revolver de sa poche, il tint en respect Me Lesage et le garde, pendant quue son compagnon volait des revolvers et des balles au bureau de la prison.

Après avoir enfermé les deux hommes, les deux individus sortirent de la prison, montèrent dans un taxi et se firent conduire à une maison de la rue Saint-Ollivier. Ils se rendirent ensuite à Limoilou, où la police a perdu leur trace. 

70 agents de la police provinciale et 40 agents municipaux sont à leur trousses.

Deux gardes ont été suspendus.

Read Full Post »

“Deux officiers de la prison sont suspendus,” Le Soleil. January 25, 1937. Pages 03 & 04.

Le sergent-major Carbonneau, assistant-gouverneur, et le sergent Alphonse Vézina, sont suspendus par le procureur général – Les raison.

Le sergent-major Léonce Carbonneau, assistant-gouverneur de la prison de Québec, et le sergent Alphonse Vézina ont été suspendus de leur fonctions dans le cours de la nuit, après une rapide enquête dirigée par le chef de la  sûreté, le lt-colonel Léon Lambert, qui a interrogé plusieurs témoins. D’après les renseignements obtenus par le ‘Soleil’ d’une personne très digne de foi, le sergent-major Carbonneau avait été averti à deux ou trois reprises que des amis des deux évadés, Honorat Bernard et Arthur Fontaine, préparaient l’évasion des prisonniers. Des témoins ont affirmé cette nuit aux policiers qu’ils étaient allés à la prison de Québec avertir les autorités de ce qui se tramait dans l’ombre. 

On prit alors note de leurs avertissements. Le sergent Alphonse Vézina a été suspendu pour avoir, dit-on, ignoré l’article qui défend au sergent qui a la garde des prisonniers d’entrer à l’intérieur des grilles de fer, avec la clef qui donne accès aux quartiers des détenus.

Si la clef avait été laissée aux soins d’un garde à l’extérieur, les deux prisonniers seraient encore à la prison et tout ce trouble aurait été évité. La supension des deux officiers de la prison a été annoncée par le lt-colonel Léon Lambert lui-même. Le chef de la sûreté  a déclaré: ‘Cette double suspension a été décrétée après une enquêre faite par le départment du procureur général’. Le lt-colonel Lambert n’a pas voulu faire d’autres déclarations, laissant au départment du procureur général le soin de renseigner le public.

Read Full Post »

“Evasion sensationnelle à la prison,” Le Soleil. January 25, 1937. Page 03.

Honorat Bernard et Arthur Fontaine, qui attendaient leur procès aux prochaines assises, s’évadent aisément de la prison, vont changer de costume dans une maison de la rue St-Olivier et disparaissenet à Limoilou – De nombreuses personnes sont arrêtées pour être interrogées – A la pointe du revolver.

Toute une armée de détectives et de constables fouille présentement la banlieue de la Vieille Capitale dans l’espoir de retracer Honorat Bernard et Arthur Fontaine, deux détenus de la prison locale qui ont réussi à s’évader de leur cellule, hier soir, dans des circonstances particulières, et dont la fuite a causé beaucoup d’émoi dans les cercles policiers.

Honorat Bernard et Arthur Fontaine devalent tous deux subir leur procès au prochain terme des Assises Criminelles sous une accusation de vol. Bernard est un récidiviste, tandis que Fontaine n’a jamais été condamné avant cette offense qui lui a valu la prison.

Bien que les deux fugitifs de la prison des Plaines d’Abraham n’aient pas été retracés au milieu de la matinée, la police ne désespère pas de leur mettre la main au collet d’ici quelques herues. Tandis que les plus jabiles limiers et les constables le plus expérimentés fouillent tous les endroits où Fontaine et Bernard pourraient trouver un abri, des instructions sont envoyés à la police des chemins de fer, aux autorités municipales des petits centres et aux gardiens des ponts de péage.

La police semble convainceue que les deux fugitifs ne sont pas très loin de la banlieue de Québec, et qu’ils ont discontinué leur course désespérée après avoir réalisé qu’ils seraient cernés partout. On croit qu’ils se cachent quelque part en attendant la nuit pour sortir de leur retraite.

A la suite des appeals lançés par la radio et la presse locale, les fugitifs ont probablement décidé de ne pas sortir de leur retraite avant quelques jours, mais on croit que la police aura vite fait de les dépister même dans leur repaire. 

Le colonel Léon Lambert, directeur de la Sûreté provinciale, a pris lui-même hier soir la direction des recherches, et il a mobilisé tout son personnel qui a passé la nuit sur le qui-vive. Le directeur de la Sûreté lui même a été à la tâche jusqu’à quatre heures dans la nuit, et après quelques heures d’un repos interrompu par de fréquents appels téléphoniques, il était de nouveau au poste. Il en a été ainsi des officiers supérieurs du bureau des détectives.

Dans le but de facilitier les recherches, la Sûreté provinciale nous a fourni aujourd’hui les renseignments suivants pour l’identification des fugitifs.

Honorat Bernard, né le 15 janvier 1908. Il a les yeux bruns, les cheveux brun clair, et mesure 5 pieds et 10 pouces. Il pèse 170 livres.

Arthur Fontaine est né en 1905. Il a les cheveux plutôt blonds, les yeux bleus, et mesure 5 pieds et 9 pouces. Il pèse 164 livres.   

Photo caption:
“La Police Recherche Deux Evadés de la prison locale”
Pour aider aux recherches poursuivies depuis hier soir par tous les agents de la 

Sûreté provinciale, de la police municipale et des constables des chemins de fer, le ‘Soleil’ publie ci-dessue les photographies des deux détenus qui se sont évadés de la prison de Québec. On voit (à gauche) Arthur Fontaine et (à droite) Honorat Bernard. Ces photographies prises par les autorités au moment de l’arrestation des deux détenus nous ont été fournies par la police. Au centre, on voit la porte de la prison locale.

Read Full Post »