Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘st-vincent-de-paul penitentiary’

“Paul-Emile Beaulieu fera

vingt ans de pénitencier,” Le Soleil. October 21, 1938. Page 27.

Le juge Thomas Tremblay a condamné aujourd’hui, à
20 ans, de pénitencier Paul-Emile Beaulieu, le plus
vieux des frères Beaulieu qui tentèrent un vol à main
armée à Beaupré.

POUR VOLS ET ASSAUT

Le plus vieux des frères Beaulieu
qui tentèrent un vol à main armée
à la banque de Beaupré, Paul-Emile
Beaulieu, a été condamné à 20 ans
de pénitencier par le juge Thomas
Tremblay. Cette sentence le punit
aussi d’avoir assailli sur la grande
route, à la pointe du revolver, en
août dernier, une dame Roméo Michel
afin de lui voler l’argent fait
au marché de Québec. Les deux
j frères admirent ces exploits commis en commun. Joseph Beaulieu, le plus jeune des frères, recevra sa sentence mercredi prochain si sa
santé le lui permet.

 "Vous avez fait de la prison et ou
pénitencier", dit le juge Thomas
Tremblay, “sans revenir à de meilleurs
sentiments. Vous êtes des bandits
de grande envergure, dangereux
pour la société, et je vous impose
une longue sentence afin de
vous empêcher de monter sur l’échaufaud.”
Me Ancina Tardif, avocat
du ministère public, déclara
qu’entre un voleur armé et un
meurtrier il n’y avait que la différence
de l’occasion. 

A l’adresse de la sûreté provinciale,
Me Tardif s’exprima ainsi: “Le public
ignore trop souvent les actes de courage de nos policiers. Que l’on
songe bien que dans ce cas-ci les
policiers avaient à faire face à un
des accusés qui tenait déjà en respect le gérant de la banque, à la
pointe du revolver. En telle cirI
constance, il est plausible de croire
que l’assaillant ne se laissera pas désarmer
sans résistance. Que l’on n’oublie pas qu’il a 1 an, Chateauneuf tomba foudroyé par une balle criminelle et qu’Aubin était sérieusement
blessé. Que le public n’oublie
pas ces faits et collabore davantage avec la police.“ 

On se souvient que des policiers,
dont M. Ephrem Bégin, attendaient
les deux Beauüeu à l’intérieur de’
la banque de Beaupré. Me Ancina
Tardif demanda ensuite l’imposition
de sévères sentences. Il est heureux,
ajouta-t-il. que les accusés ne
soient pas devant le tribunal sous
des accusations de meurtres; car entre
un meurtrier et un voleur armé,
il n’y a que la différence de l’occasion.” Il adressa enfin des félicitations
aux directeurs de la sûreté
provinciale.

Read Full Post »

“Communist Jailed As Church Robber,” Montreal Gazette. October 18, 1938. Page 10. 

R. Lepage Gets Seven Years After Pleading Guilty to Over 20 Charges

Pleading guilty yesterday to more than 20 charges of theft from churches in Montreal and surrounding districts, Roland Lepage, 28, alias Fred Way, self-styled Communist, will serve the next seven years in St. Vincent de Paul penitentiary as the result of sentences imposed upon him in Police Court.

The accused objected to being charged with breaking and entering the churches, telling the court ‘that when the door is open and you walk in that is not breaking.’ The charges were amended to read plain theft and the accused pleaded guilty.

Lepage was given three five-year-terms by Judge Maurice Tetreau on three charges of theft, the three sentences to run concurrently. Brought before Judge Guerin, he was given two years on each of 21 charges of theft, the sentences to run concurrently but he will begin to serve these sentences only after he has completed the five-year term.

Read Full Post »

“Convict Says Police Deliberately Shot His Pal; Jury Unconvinced,” The Globe and Mail. October 8, 1938. Page 04.

Admits He Escaped Jail, but Declares He Will Tell Truth; Accidental Death Is Verdict

Blind River, Oct. 7 (Special.) – An escaped convict, who admitted he had ‘lost count’ of the number of times he had been in prison, failed to convince a Coroner’s jury here today that Provincial Constable John Brown deliberately fired at and killed Harold Olsen, one of the trio that held up and robbed a Sudbury taxi driver. The jury brought in a verdict that Olsen’s death was an accident, and that the bullet fired by the officer was deflected.

The evidence of C. Fissette, who is alleged to have taken part in the holdup, along with Olsen and a third man, was the feature of the inquest. He admitted escaping from Amos when taken there from the St. Jean de Paul Penitentiary [sic], where he was serving a ten-year term for a hold-up. Subsequent to this, he said, he was arrested on a charge of breaking and entering, and of escaping from prison at Portage la Prairie.

‘Will Tell Truth’
‘I may be an escaped convict, but I will tell the truth,’ he declared, reiterating that the police officer had deliberately fired at Olsen. He admitted taking the car, but said it was not a ‘stickup.’

‘This is not the first shooting affray with the police that you have got into?’ asked J. L. O’Flynn, counsel for Constable Brown. ‘What are those marks on your body?’

‘Those are the marks of the paddles used on me in the penitentiary,’ replied Fissette.

‘But those other marks,’ persisted counsel.

‘I don’t have to tell you about that,’ retorted Fissette.

Thomas Campbell, Sudbury taxi-driver, told of having his money and his car taken from him by Fissette and his companions and of being threatened with death if he failed to do what his passengers told him.

Constable Testifies.
Provincial Constable Brown stated that with Gordon McGregor he went to arrest Fissette and his companions following the report of the holdup. He told of warning McGregor not to shoot at any one unless he was shot at first and then only to stop the car. He stated he expected the men to be armed when he started out. On seeing the men approaching, near 10 o’clock at night, he ordered them to halt. Fissette halted but the other men ran. He fired two shots into the ground from his revolver, while McGregor fired one from the rifle into the ground. Later he fired a single shot into the bush from the rifle and three shots to call other policemen to his aid. Some time later Olsen called from the darkness that he had been shot and was found shot through the right shoulder. The officer produced a section of railway tie to show that one of the bullets fired had gone through it when he shot into the ground: McGregor corroborated the officer in every detail.

Read Full Post »

“Prisoner Said To Be Quebec Jail-Breaker,” The Globe and Mail. October 5, 1938. Page 02.

Identified by Fingerprints; Companion, Wounded by Police Bullets, Dies

Blind River, Oct. 4 – (CP) – Captured Sunday night when police bullets mortally wounded a companion after the theft of a taxi at Sudbury, eighty miles away, a prisoner in the small jail here was identified today as Morris Fiset alias Gravelle who slugged a guard and escaped from Jail at Amos, Que., July 24.

Fiset, identified by fingerprints had refused constantly since his capture to disclose his identity. He said it was up to police to find out.

Fiset was arrested after Tommy Campbell, Sudbury cab-driver, told police at Spanish, half way between Sudbury and Sault Ste. Marie, three men who hired him to drive them to Whitefish stole his car.

A man who said his was name was Harold Olsen, an escaped convict from Washington D.c., died today in hospital from a bullet wound suffered in a chase after the men deserted the taxi in a ditch near Serpent River bridge. A third man escaped and police are scouring the district for him.

Object of Wide Search.
Fiset was the object of a wide police search since his escape from Amos jail, where had he had been transferred, police said, from St. Vincent de Paul Penitentiary, near Montreal. He had been taken to Amos to stand trial.

Police claim also he was wanted in Manitoba.

Tommy Campbell, the cab driver, told police the men hired him Sunday afternoon at Sudbury. When they reached Whitefish, he said, he felt a gun in his back and he was commanded tersely to ‘move over, we are taking your car.’ Campbell said the men warned him to be careful because ‘we are escaped convicts from the United States.’

Campbell escaped from the car at Spanish and the men continued but the car piled into a ditch a few miles away and they fled on foot. Police, however, already were on their trail and they were sighted near the Serpent River Bridge. Four shots were fired by police and one of the bullets struck Olsen.

Guard Slugged.
Amos, Que., Oct. 4 (CP). – Maurice Fisette, believed to be held by police at Blind River, Ont., after a companion had been killed by police bullets, has been a fugitive from Quebec officers since he strong-armed his way out of jail here July 24.

Serving a 10-year term in St. Vincent de Paul Penitentiary for holdup, he had been brought here from the Montreal prison for trial on theft charges. Convicted, he was sentenced to three years, to run concurrently with his previous term.

While awaiting in the town jail for his return to Montreal, Fisette broke out of his cell and scaled the prison wall to freedom. On the way out, he overpowered a guard who tried to stop him.

Some weeks later, he was taken at Portage La Prairie, Man. But just as a pair of provincial detectives were setting out from here to bring him back, word came from the West that he had broken jail again.

Read Full Post »

“Identify Prisoner As One Who Beat Way Out At Amos,” Ottawa Citizen. October 4, 1938. Page 23.

Canadian Press

BLIND RIVER, Ont.,  Oct. 4 – Captured Sunday night when police bullets mortally wounded a companion after the theft of a taxi at Sudbury, 80 miles away, a prisoner in jail here was identified today as Morris Fisette alias Gravelle who slugged a guard and escaped from Jail at Amos, Que., July 24.

Fisette, identified by fingerprints had refused constantly since his capture to disclose his identity. He said it was up to police to find out.

Fisette was arrested after Tommy Campbell, Sudbury cab driver, told police at Spanish, half way between Sudbury and Sault Ste. Marie, three men who hired him to drive them to Whitefish, stole his cab.

A man who said his was name was Harold Olsen, an escaped convict from Washington D.c., died today in hospital from a bullet wound suffered in a chase after the men deserted the taxi in a ditch near Serpent River bridge. A third man escaped and police are scouring the district for him.

SLUGGED WAY OUT
AMOS, Que., Oct. 4 – Maurice Fisette, held by police at Blind River, Ont., after a companion had been killed by police bullets, has been a fugitive from Quebec officers since he strong-armed his way out of jail here July 24.

Serving a 10-year term in St. Vincent de Paul Penitentiary for holdup, he had been brought here from the Montreal prison for trial on theft charges. Convicted, he was sentenced to three years, to run concurrently with his previous term.

While awaiting in the town jail for his return to Montreal, Fisette broke out of his cell and scaled the prison wall to freedom. On the way out, he overpowered a guard who tried to stop him.

Some weeks later, he was taken at Portage La Prairie, Man. But just as a pair of provincial detectives were setting out from here to bring him back, word came from the West that he had broken jail again. 

Read Full Post »

“L’UNE DES PLUS GRAVES AU CANADA – PRISE D’OTAGES: ENQUÊTE,” La Presse

August 30, 1980. Pages 01 & 02.

PAUL ROY

Le solliciteur général du
Canada, Robert Kaplan, a
institué une enquête dans le but
de connaître tous les détails qui
ont entour é la tentativ e d’évasion de lundi, au Maximu m Laval,
et la pris e d’otages de 12
heures qui a suivi.

L’enquête, qui devrait être
complétée d’ici à une semaine, a
été confiée à l’inspecteur général
des Services correctionnels
canadiens, Al Wrenshall, qui
tentera notamment de découvrir
comment 10 détenus de ce pénitencier
à sécurité maximale ont
pu se procurer des armes et se
retrouver tous ensemble après le
déjeuner, lundi matin. L’ex-policier
de la GRC devra également
formuler des recommandations
dans le but d’empêche r que des
événements semblable s se reproduisent.

Le Solliciteur général a déclaré
que Laval a vécu l’une des
«plus graves prises d’otages de
l’histoire du Canada».
De passage à St-Vincent-de-Paul hier après-midi, M. Kaplan
a loué la fermeté des autorités
pénitentiaires qui, en aucun
temps, n’ont accepté de négocier
avec les mutins, dont un a été
tué par un garde dès le début de
l’évasion ratée . «Ce ser a une
leçon pour tous les détenus à
travers le pays», a déclaré le solliciteur
général, de retour d’un
congrès sur la question des pénitenciers,
à Caracas, au Venezuela.

Selon lui, les pénitenciers canadiens sont plus sécuritaires
que jamais et aucun ne l’est plus
que le Maximum Laval. Pourquoi
toutes ces prises d’otages,
donc? Parce qu’ils représenteraient
également un danger plus
grand qui jamais.

M. Kaplan explique cette apparente contradiction de la façon
suivante: d’un côté, les
mesures sécuritaires sont de
plus en plus raffinées et le personnel
est de mieux en mieux
entraîné; de l’autre, la «qualité»
des détenus se détériore depuis
que l’on a commencé à infliger
des peines dites communautaires aux criminels ne représen tant pas un danger pour la société.

De plus, souligne M. Kaplan,
les détenus ne sont plus confinés
à leurs cellules 23 heures sur 24,
ils ont beaucoup plus de possibilités
d’en sortir pour travailler,
étudier, etc., ce qui augmente

d’autant les possibilités de faire
entrer des armes de l’extérieur
et de prépar r des évasions.

Le ministre affirme néanmoins que cette libéralisation est
justifiée sur le plan de la réhabilitation
et qu’elle ne sera pas
remise en cause. A l’inévitable
question sur la peine de mort, il
a répondu que rien ne prouvait
jusqu’ici que le châtiment capital
permettrai t de réduir e le
nombre de meurtres. «Si c’était
le cas, je voterais en faveur»,
d’ajouter le ministre.

En attendant, les neuf mutins
qui ont survécu aux événements
de cette semaine ont été transférés
au Centre de développement
correctionnel, le «super maximum»
d’à côté , et les 12 otages
ont pu retrouver leurs familles.

Read Full Post »

“Hostage-taking inquiry is likely to remain secret,” Montreal Gazette. August 30, 1980. Page 03.

By ELLEN McKeough
of The Gazette

An inquiry into one of ‘the most serious hostage takings in the history of Canada’ should be ready in a week – but it will probably never be made public, the solicitor-general of Canada said yesterday.

Robert Kaplan was touring the maximum security Laval Institute where a three-day hostage-taking ended Thursday.

He said yesterday the results of the investigation will not be made public because he refused to ‘publish blueprints of our prisons and our contingency plans.’

He does not expect that any one person will be held responsible for the 74-hour drama in which nien convicts held 12 people hostage in a desperate bid for freedom.

Kaplan has appointed Al Wrenshall, inspector-general of prisons and former RCMP chief superintendent, to find out how 10 convicts got outside the prison’s west gate.

While of the convicts was shot to death, the rest – including five convicted killers – were trapped against an outside wall and used 12 hostages for cover.

Kaplan, 43, called the incident the ‘most serious hostage-taking in the history of Canada.’

‘I am determined we are going to learned from this incident,’ the solicitor-general said.

The inquiry will also look into two recent escapes from the maximum-security jail at Dorchester, N. B.

Kaplan said longer sentences are a factor in the increased number of hostage takings incidents in prison becaue ‘they contribute to the desperation of the inmates.’

He said the peaceful ending of the latest incident swhows the ‘value of our hard-line policy’ of not negotiating with offenders.

The convicts surrendered Thursday morning after one of the convicts almost cracked under the strain and threatened to kill himself or someone else.

They laid down their revolvers and gave up their hostages at 10:30 a.m.

Freed hostages contacted yesterday by The Gazette refused to comment on their ordeal.

The hostage-takers will spend the next six months in solitary confinement at the nearby Correctional Development Centre.

Kaplan dismissed complaints from Edgard Roussel, one of the Laval convicts, that the ‘super-maximum’ security centre near Laval is ‘designed only to turn us into beasts, to develop killer instincts.’

The solicitor-general answered that the ‘prison officials can help…but the prisoner has to want to go straight…’

Roussel made the complaints in an open letter he sent to a member of Parliament in April.

The government plans to close the 107-year-old Laval Institute by 1986.

The prison has been condemned by at least three royal commissions of inquiry and one government subcommittee.

In the four years preceeding this latest incident, there have been four hostage-taking incidents at Laval. In one incident two years ago, a guard was killed as five inmates made an unsuccessful escape bid.

The prisoner’s plea that preceded incident
Edgar Roussel, one of our nine prisoners involved in a 74-hour hostage-taking at the maximum security Laval Institute this week, warned an MP four months ago that unless his prison conditions improved he would probably commit ‘a desperate act.’

‘I sense that something has broken down in the system and if no one intervenes on my behalf the worst can be expected,’ the 34-year-old convicted murderer wrote Mark MacGuigan from his cell.

‘The saturation point has been reached, the slightest incident could be the (spark), could lead to a desperate act.’

Roussel, serving two life terms for the killing of two men in a Montreal bar in 1974, wrote the appeal to MacGuigan – now the external affairs minister but formerly the head of a Parliamentary inquiry into prison conditions – last April while serving time in the ‘super-maximum’ security Correctional Develppment Centre, a separate facility not far from Laval Institute.

Roussel was sent there in March, 1978, after taking part in the longest hostage-taking incident in history of Canadian prisons at a provincial jail near St. Jerome.

‘For two long and interminable years I have not hugged my wife, my mother, or my daughter,’ Roussell wrote in the 2,500-word letter to MacGuigan, published in its entirety yesterday in Le Devoir.

‘And for two long years as well I have gone without seeing the light of the moon, the stars. To the most vile of animals this right is not denied.

‘In summer, it (the cell) is a cremation oven whcih is made intolerable by total inactivity. In the morning, a symphony of clearing of throats, of blowing of noses, of horase coughs to clear the respiratory system.

‘For nearly two years I have slept on the floor of my cell, my head resting at the bottom of the door to benefit from the small breeze, incomparable luxury.’

Roussel claimed that due to ‘a thirst for vengeance’ on the part of penitentiayr officials, he had been held in isolation longer than the two other convicts involved in the St. Jerome hostage-taking.

Roussel and the eight prisoners have been transferred back to the Correctional Development Centre for a period of at least six months as punishment for their role in the hostage taking.

Read Full Post »

“En attendant une autre prise d’otages,” La Presse. August 29, 1980. Page 06.

Jean-Guy Dubuc

La prise d’otages du pénitencier
de Saint-Vincent-dePaul
s’est terminée par la capitulation
des mutins. Le suspense
a cessé, le drame n’a pas eu
Ijeu. Il ne faudrait pourtant pas
oublier trop facilement ce qui
s’est passé et s’en laver les
mains.

Il faut se rendre compte qu’une
prise d’otages comme celle
que nous venons de connaître
est un signe de la détérioration
de notre société, de l’échec de
notre système de réhabilitation
et de la pauvreté de nos conditions
de détention. Il faut se rendre
compte qu’il devient urgent
d’apporter des changements
radicaux à notre système pénitentiaire
si nous voulons entretenir
un climat social capable de
nous protéger contre les éléments
qui mettent en péril la paix sociale.

Bien sûr, on peut être tenté de critiquer les autorités pénitentiaires et de leur imputer tout le
blâme. Souvent, les policiers ont
le goût de se révolter contre un
système qui permet aux criminels
de constamment remettre
leur propre vie en danger.

Quand un criminel peut recouvrer
la liberté pour quelques
heures, il est prêt à tout: le
meurtre ne lui fait plus peur.
Certains des détenus engagés
dans la prise d’otages de Laval
avaient déjà participé au meurtre
de policiers. Ils n’ont plus rien à
perdre et ils sont prêts à se rendre
au bout des possibilités
qu’ils s’approprient. On comprend
que tout le monde les
craigne. Mais on ne comprend
pas qu’ils aient pu concocter
leur projet, qu’ils aient été réunis
dans un même lieu, qu’ils
aient pu se retrouver dans un
même atelier et se procurer des
armes. Il est bien évident que les
autorités pénitentiaires auront à
répondre de plusieurs anomalies
qui ont permis cette prise
d’otages qui aurait fort bien pu
se terminer dramatiquement.

Les policiers ont raison de se
plaindre d’un régime de détention
qui ne les protège pas adéquatement
contre des condamnés
qu’ils doivent trop souvent
rattraper au risque de leur vie.
Ils sentent qu’ils doivent combattre
un système en même
temps que des hommes.

Quel système?

Laissons la réponse à M.
Jean-Paul Gilbert qui s’adressait
cette semaine aux chefs policiers
du Canada: «Il ne faut
pas se cacher, disait-il, que nos
prisons fabriquent des monstres.»

M. Gilbert est le responsable
québécois des libérations conditionnelles.
Il est celui à qui on
reproche, parfois, le fait que
certains prisonniers aient obtenu
trop rapidement une liberté
jugée dangereuse; il est aussi
celui à qui d’autres reprochent
de vouloir garder, derrière les
murs, certains prisonniers, de
ceux qui s’appellent «politiques»,
au-delà d’un temps que
l’on croit normal. M. Gilbert
connaît bien le système où il
garde et dont il libère les condamnés.
Et il considère personnellement
que ce système fabrique
des monstres.

C’est pourtant quand ces
«monstres» échappent au système
qu’il devient dangereux de
les trouver en liberté ou en position
de force avec des otages. 

Le problème réside dans la
nature même d’un système qui
tente, avec des erreurs nombreuses,
de protéger la société
contre des détenus qui ont «une
dette à payer» et qui paraît de
plus en plus incapable de remettre
à la société des individus qui
devront un jour, selon nos lois,
presque toujours retourner à
une vie sociale que l’on définit
comme normale. Notre système
s’emploie à punir, ce qui doit faire
partie de la peine. Mais il
n’apprend pas à vivre, ce qui est
pourtant partie essentielle de la
réhabilitation. En fait, tellement
de responsables des services
pénitentiaires refusent de croire
dans le seul mot réhabilitation
qu’il devient évident qu’on ne
sait miser que sur la peine.
Quand, en plus, on le fait maladroitement,
on fabrique des
monstres. 

Bien sûr, il n’existe pas de
solution miracle et il faut s’attendre
à ce qu’une partie des détenus
ne puissent jamais de leur
vie s’insérer normalement dans
la société qu’ils ont trahie. Mais
il y en a d’autres dont la société
a besoin. Ceux-là ont le droit de
vivre normalement un jour. 

Il faut laisser aux spécialistes
le rôle de présenter des solutions
de rechange face à la situation
actuelle. Il faut bien se
dire, également, que le Canada
ne représente pas le pays au
plus sombre tableau au chapitre
de la détention et de la réhabilitation.
Mais après palabres et
congrès, après réflexions savantes
et récriminations nombreuses,
on demeure toujours
au même point, avec des prises
d’otages et des évasions de plus
en plus dangereuses. En dehors
des aberrations de la Ligue des
Droits de l’homme, il doit bien se
trouver, quelque part, des intuitions
positives qui permettraient
à une société en évolution de
refaire sa pensée sur la façon de
survivre malgré tout. 

La solution peut se trouver
dans une plus grande collaboration
des divers groupes concernés,
dans un meilleur échange
avec la population et dans une
nouvelle notion de la détention.
Mais cela ne peut que suivre
une certaine hiérarchie des valeurs,
un amour de la vie et un
respect des personnes qui existent
de moins en moins.

Read Full Post »

«PRISES D’OTAGES
DANS LES PÉNITENCIERS – IMPUISSANCES DES AUTORITÉS, » La Presse. August 29, 1980. Pages 01 & 04.

MARTHA GAGNON

«Durant la prise d’otages, les neuf mutins ont souvent été à découvert et il
aurait été facile de tirer sur eux. Mais pas un seul instant nous n’avons voulu
mettre en danger la vie des otages. L’armée a beau être là, les centaines de
tireurs d’élite aussi, nous ne pouvons rien faire dans de telles circonstances.
C’est terrifiant.»

Ce commentaire,
le directeur régional des communications du service des pénitenciers, M. Guy
Verreault, Ta fait hier matin peu de temps après que les mutins se furent
livrés aux autorités, sans aucune violence et sous un soleil radieux.

Un dénouement
heureux après plus de 72 heures d’attente, de tension, de fatigue et de
souffrance.

Les personnes qui
ont été détenues en otage sont en bonne santé. C’est du moins ce ou’a affirmé M
. Verreault qui a nié la rumeur voulant que l’un des hommes ait été victime
d’une agression sexuelle. Après leur libération, sous la protection de la
police, les otages sont rapidement allés rejoindre parents et amis. Dans la
cour du Centre fédéral de formation des gardiens, face au pénitencier de St-Vincent-de-Paul,
on pouvait voir défiler des membres des familles qui venaient d’apprendre
l’heureuse nouvelle. Une jeune femme, le visage empreint d’émotion, tentait de
se frayer un chemin parmi les journalistes et photographes. Ces derniers ont
vit-.’ été “cartes de l’endroit pour préserver l’intimité des gens.

Paul Gingras, 33
ans; John Niewerth, 50 ans: Denis Protean, 16 ans: Marcel Bougie, 46 ans; Marc
Saindon. 21 ans; Denis Morin, 22 ans; Serge Michaud, 34 ans; Jacques Pinet, 39
ans; Michel Grenier, 24 ans; Marcel Ostiguy, 62 ans et Daniel Vézina se
souviendront longtemps des trois jours d’angoisse qu’ils ont vécus dans la cour
du pénitencier, sous le soleil et la pluie, le jour et la nuit, sans boire ni
manger.

«Ces gens-là ont
été courageux et je puis vous dire qu’une prise d’otages c’est quelque chose
d’absolument épouvantable», ne cessait de répéter M. Guy Verreault, qui
paraissait plus décontracté devant la tournure des événements. Il garde
toutefois un goût amer de cette expérience, la plus pénible qu’il ait eu à
vivre, a-t-il dit.

Les mutins conduits au centre de développement
correctionnel
Le drame a pris fin
lorsqu’un des mutins, Denis Labelle, s’est mis à marcher nerveusement vers les
tireurs d’élite postés sur les remparts pour annoncer qu’il désirait se rendre.

Peu après dix
heures, les neuf mutins remettaient donc leurs armes: un magnum 357, une arme
de calibre 25, une carabine de calibre 7 mm et plusieurs armes de fabrication
artisanale. Roger Duhamel aurait été le premier à capituler ainsi. Les autres
détenus l’ont imité en jetant leurs armes vers une clôture. Les mutins n’ont
manifesté aucune réticence lorsqu’on leur a demandé d’enlever leurs vêtements
avant de retourner aux cellules.

Sans issue
Le directeur du pénitencier. M. Pierre Viau, n’a pas confirmé ni démenti la
rumeur à l’effet que l’un des mutins aurait menacé de se suicider plutôt que
d’abandonner.

«Ils savaient
depuis le début que leur situation était sans issue. Ils savaient qu’ils
n’obtiendraient rien. Ils savaient que les négociations ne déboucheraient sur
rien.» Voilà comment M. Viau explique la réaction des mutins. Ils n’avaient
plus d’autre choix que de se rendre.

L’évasion ratée
de lundi s’est transformée en prise d’otages. Devant l’impossibilité de fuir
comme ils l’avaient comploté, les neuf détenus, pris de panique, ont pris en
otage les gens qui se trouvaient sur leur passage. Ces événements sont survenus
après l’heure du déjeuner au moment où le camion de rebuts de la Société
sanitaire Dumas ( lequel vient chaque jour) est entré dans l’enceinte du
pénitencier. Des employés de cette compagnie ont d’ailleurs servi d’otages.

Selon le
directeur du pénitencier, les détenus, lorsqu’ils étaient encore à l’intérieur
du pénitencier, étaient déjà en possession de leurs armes. On ignore toujours
de quelle façon ils ont pu se les procurer. C’est là le grand mystère que
l’enquête policière tentera d’élucider. On se souviendra que l’un des mutins a
été abattu par les gardes des le début de la prise d’otages.

Concernant la
présence de l’armée mercredi soir, M. Viau a simplement précisé qu’il
s’agissait là d’une «action normale». D’après lui, en aucun temps les détenus
n’ont été avertis de la présence d’une vingtaine de soldats et des blindés qui
sont demeurés éloignés de l’endroit où étaient détenus les otages.

Au «super-maximum»
Un fois menottes, Edgar
Roussel, 34 ans. qui n’en était pas à sa première prise d’otages; Roary Shane,
29 ans: Michel Marineîlo, 33 ans; Robert Pelletier, 28 ans; Roger Duhamel, 33
ans: Denis Labelle, 23 ans; Thomas Guay, 38 ans; Ronald Allain, 32 ans, et
Robert Imbeault, 31 ans, ont immédiatement été conduits au bloc cellulaire CDC,
le centre de développement correctionnel à sécurité super-maximum où ils seront
gardés pour une période d’au moins six mois. Il s’agit d’un endroit où là
liberté est limitée au maximum; les grillages et les barreaux sont peu
nombreux. Environ 170 hommes y vivent.

Dans la cour du
pénitencier, entre deux grands bâtiments, les journalistes ont pu voir hier les
«restes» de cette prise d’otages: des vêtements sales, un étui à lunettes, des
souliers, des canettes de boissons gazeuses, des poubelles, et des bombes
lacrymogènes dont les gardiens se sont servis lundi matin. D’ailleurs, une
fumée qui a fait pleurer plusieurs journalistes se dégageait encore vers midi,
hier.

Un échec
Selon le criminaliste Me Robert LaHaye qui a discuté avec quatre des mutins
dans la nuit de jeudi, il était évident que les neuf hommes savaient que leur
sort était scellé. Tous étaient résignés même s’il y a eu quelques
tiraillements avant la décision finale et irrévocable. Pour eux, il s’agit d’un
échec. Le rêve de l’évasion n’est pas devenu réalité.

Pour M. Verreault, les récents événements montrent une fois de plus
l’impuissance des administrations pénitencières. Que faire? En fonction depuis
deux ans, le directeur de St-Vincentde-Paul, M. Viau, lui, ne sait pas quelle
solution il faudrait utiliser. Pour l’instant, il ne pense qu’à se reposer…

Sur le trottoir, devant le pénitencier, des curieux s’interrogeaient sur
l’avenir des neuf détenus. Un homme a lancé cette phrase: «Ils ne méritent mémo
pas de vivre en prison».

Pictures:

Top right:  “Soulagé mais en état de choc.”

Serge Michaud,
agent de détention âgé de 36 ans, l’un des huit otages qui ont été libérés hier matin
après un drame qui aura duré plus de 72 heures,
était en état de choc et complètement exténué. Des
employés du pénitencier l’ont aidé à sortir tout en
tentant de le soustraire aux regards des curieux.
Après avoir été examiné par un médecin, il a pu rentrer
dans sa famille. Photo: Paul-Henri Talbot. LA PRESSE.

Bottom:
Les «restes» de la prise d’otages: des vêtements, des poubelles,
des bombes lacrymogènes et des murs de prison qui ne parleront
jamais. C’est dans cette cour que les mutins ont gardé leurs otages
prisonniers durant 72 heures. Photo: P.-H. Talbot, LA PRESSE.

Read Full Post »

“Laval jail’s 74 hours of terror: The timetable of tension and patience,” Montreal Gazette. August 29, 1980. Page 02.

How Quebec’s biggest hostage drama began…and ended

By ANTHONY WILSON-SMITH and FREDERICA WILSON of The Gazette

Monday, Aug. 25
8 a.m.: In a desperate escape attempt, 10 prisoners armed with at least four guns and several home-made knives jump four unarmed instructors in the welding shop at the Laval Institute.

Taking the instructors hostage, the convicts, six of them killers, burst out of the prison into yard between 30-foot prison wall and surrounding 15-foot wire fence.

They try to hijack a garbage truck, but are met by a hail of bullets from guards in the prison tower. A convict, 44-year-old ohn Conneary, is shot and killed. The remaining nine grab eight more hostages, including two from the garbage truck.

Placing the hostages as a shield, the prisoners spend the day pinned down along the wall. They demand drugs and a truck for a getaway, but prison officials refuse to deal and ring wall with sharpshooters. The convicts keep captives at gunpoint and knifepoint.

12 noon: Prison officials release the names of the convicts. All but one are serving life sentences.

11:42pm: Prison official Guy Verreault  announces names of hostages. All but two, the garbage truck drivers, are prison employees. The youngest is 16, the oldest, 62.

Verreault tells reporters that prison officials won’t give in to any of the demands of the convicts. ‘They have to come to us. When you give something, you have to get something in return,’ he says.

The convicts and their hostages spend the night outdoors along the prison wall while the police sharpshooters keep floodlights and guns trained on them.

Tuesday, Aug. 26
Negotiations continue through the night until 4 a.m. and resume at daybreak for about a half-hour.

Verreault calls the situation a standoof and says no food or drink will be provided until some hostages are released. Neither the prisoners nor the hostages have eaten since early Monday.

Meanwhile, families of hostages have been moved into a pavilion across the street from the main entrance to the prison, and a direct telephone line is installed to the prison command post to keep families informed of developments.

10 a.m.: The first break in crisis comes after than 24 terror-filled hours when Marcel Ostiguy, 62, oldest hostage, is freed in return for a sandwich and soft drink for each convict and captive.

Ostiguy, who has a heart condition, is taken to the prison clinic. He is said to be tired, having spent the night sleeping sitting up. A member of his family, contacted by the press, has no comment.

Negotiations between Roger Duhamel, leader among the convicts, and prison officials, break off when request for shelter is turned down. It behins to rain at mid-day and the hostages and convicts spend the rest of the day and all of Tuesday night huddled against the wall without blankets or food.

Wednesday, Aug. 27
The convicts smash barred windows of clothing storehouse and spend early part of the day building a blind out of shirts to hide from police riflemen, but sharpshooters say they can still see them.

As day wears on, prison officials say tension appears to be easing between prisoners and hostages. Verreault says they seem to be talking more, and occasionally a hostage and convict pace together.

3:30 p.m.: Talks between convicts and jail officials resume for the first time since 10 a.m. Tuesday.

10:35 p.m.: In a show of force, two Canadian Armed Forces armoured personnel carriers and busload of armed troops arrived at the top security institute. There is speculation that the move is primarily a show to wear down the prisoners, who have had nothing to eat or drink since 10 a.m. Tuesday and are cold and drenched from an evening-long downpour. But prison officials won’t say why thye asked for the armored vehicles or what they will do with then. A forces officials says there will be no troop assault, and the soldiers are held on stand-by.

11:30 p.m.: In telephone interview Verreault tells reporters he is ‘very optimistic’ the hostage-taking will end soon. Negotations have been going well, he says.

12 midnight: At the request of the hostage-takers, Robert Laffaye arrives to join the negotiations. He had been a go-between in other hostage episodes and was lawyer for one of the convicts, Edgard Roussel.

Thursday, Aug. 28
2:25 a.m.: Verreault holds hasty press conference in parking lot across from prison entrance and says end of the drama ‘could be only hours away.’ He says tension ‘has greatly lessened.’

For the first time since Tuesday morning, the prisoners are granted a request: Coffee and cigarettes.

Verreault says presence of armed troops and armored vehicles is not show of foce but ‘a normal relief measure for our own guards in this type of circumstance.’

3:45 a.m.: The first of the 11 remaining hostages is released. Prison driver Marcel Bougie, 46, is taken to pavillion where relatives have been waiting since Monday. Appearing wan and tired, swathed in a blue blanket and supported on both sides by prison officials, he is whisked past reporters. A second hostage, Marc Saindon, 21, also slips by unnoticed.

4:05 a.m: Sixteen-year-old Denis Proteay – released at the same time as Bougie and Saindon – arrives at the pavilion, accompanied by lawyer LaHaye. He says the prisoners are no longer threatning the hostages: ‘They now they’re at a dead end,’ he adds.

After tearful reunion with families, the released hostages are examined by doctors and pronounced ‘tired but stressed.’ LaHaye says there were released with no condintions attached. He calls their release ‘a gesture of good faith’ on part of convicts.

9:30 a.m.: Unidentified prisoner breaks down, weeping. He threatens to kill soemone or commit suicide. Authorities call in a marksman with a .308-calibre rrifle and telescopic sight while an office in command post tells other sharp-shooters: ‘If one of the inmates shoots himself, don’t open fire.’

10:15 a.m.: Reporters are told that the convicts have agreed to surrender their four revolvers, and deposit them near outer fence. Officer at scene reports to command post: ‘They have no more guns and they want to let go of the hostages. Do we take them?’

He is told: ‘Get someone responsible to pick up the guns, and make sure they don’t touch them.’

Marksmen are withdrawn to a more distant position while the convicts surrender  and lay down their guns. Duhamel, 33, is last to surrender, dressed only in underwear.

10:39 a.m.: ‘Cest termine – it is ended,’ an officer shouts over the communication system. Ambulances take hostages to pavilion and waiting relatives and doctors.

Slightly more than 74 hours after it began, the largest hostage-taking in Quebec comes to peaceful end.

Read Full Post »

“Con cracks as hostage drama ends,” Montreal Gazette. August 29, 1980. Page 01 & 3.

By EDDIE COLLISTER
of The Gazette

The prison hostage drama at Laval Institute ended peacefully yesterday – but not before one of the convicts cracked under the three-day strain and nearly touched off a bloodbath.

Shortly before 10.15 a.m., the convict – who wasn’t identified – began crying and shouting that he was going to kill himself, or someone else.

‘If he shoots himself, don’t open fire,’ the commanding officer of the prison guards barked over his walkie-talkie to one of the 20 sharpshooters who had his high-powered rifle trained on the out-of-control convict.

The crisis was defused when other convicts calmed the unidentified inmate. Minutes later, they all surrendered, throwing their guns and hand-made knives over the wire fence that separated them from the outside world, and stripping to their underwear.

Last eight freed
The last eight of the 12 hostages taken Monday morning were freed. Some were dazed and so weak they had to be supported as they walked. They were taken to the prison’s staff college for tearful reunions with families and to be examined by a doctor.

‘They were tired and stressed but not physically harmed,’ a prison official said after the hostages had left for their homes. None of hostages was available for comment, but the daughter of prison instructor John Niewerth, 51, told The Gazette, her father went to sleep as soon as he arrived home.

Throughout the more than 74-hour standoof, prison officials refused to give into demands.

The convicts and hostages were were only fed twice: a sandwich on Tuesday and another early yesterday – both after first releasing hostages.

25-year terms
The convicts, all but one of them serving mandatory 25-year terms, most for murder, will spend the next six months in solitary confinement at the nearby Correctional Development Centre.

Solitary is designed to give the convicts time to think ‘so they don’t do it again,’ said warden Pierre Viau.

He said the inmates gave up because ‘they knew they were in a hopeless situation.’ The convicts and hostages had sat and slept in the open outside the prison’s 30-foot-high brick wall through rain and scorching sun since early Monday.

Officials said two convicted illers, Edgard Roussel and Roger Duhamel, both 33, appeared to be ringleaders in the escape attempt that went awry. Duhamel, a police-killer, had resigned as president of Laval’s prisoner committee a week before the escape try, and he negotiated for the convicts during the standoff.

It was the third hostage incident involving Roussel, who was transferred from the Correctional Development Centre only seven weeks ago.

Read Full Post »

“Les mutins de Laval relâchent
tous leurs otages sains et saufs,” Le Devoir. August 29, 1980. Pages 01 & 08.

La prise de 12 otages, survenue vers 8 h
lundi matin à l’Institut Laval, pénitencier
à sécurité maximale du quartier SaintVincent-de-Paul,
a pris fin hier avantmidi
avec la libération des huit derniers
otages, tous sains et saufs, et la reddition
sans condition des neuf mutins, tous considérés
comme extrêmement dangereux
par les autorités policières.

Guy Verreault, porte-parole du Service
correctionnel du Canada (SCC), a confirmé
que les neuf mutins avaient d’abord
relâché leurs otages, puis déposé les
armes avant de se rendre un par un. Il n’a
pu cependant en dire davantage 

Trois autres otages avaient précédemment
été relâchés vers 4 h, tandis qu’un
autre avait été libéré mardi matin en
échange de victuailles, en l’occurrence des
sandwiches et des boissons gazeuses. 

M. Verreault a précisé que deux des détenus
s’étaient d’abord rendus vers 10 h,
après s’être déshabillés en sousvetements,
puis ils ont été menottés et
amenés dans un autre secteur du pénitencier. 

«Au même moment, les huit derniers
otages ont quitté les lieux ensemble, a-t-il
ajouté. Nous savions alors que l’incident
était à toutes fins utiles terminé.» 

Les trois otages qui ont d’abord repris
leur liberté sont Denis Proteau, 16 ans,
un aide-camionneur, Marc Saindon, 21
ans, un journalier, et Marcel Bougie, 46
ans, un chauffeur. Mardi, les mutins
avaient libéré Marcel Ostiguy, 62 ans, qui
souffrait d’une légère déficience cardiaque. 

Le dénouement pacifique est survenu
peu après l’intervention de Me Robert
LaHaye, un criminaliste montréalais qui
a déjà aidé à solutionner plusieurs prises
d’otages dans des prisons de la région
métropolitaine. Me LaHaye s’est amené
sur les lieux vers minuit mercredi soir, à
la demande des mutins. 

Les autorités pénitentiaires se sont toutefois
empressées de préciser que l’avocat
n’était là qu’en qualité d’intermédiaire.
Car dès le début de l’incident, qui a coûté
la vie à l’un des détenus, M. Verreault
avait précisé que les négociations avec
ces’derniers seraient menées par deux
spécialistes du SCC particulièrement préparés
à ce genre de situation.

  

Au tout début de la prise d’otages,
John Connemey, 44 ans, originaire de
Quincy (Mass.), avait été abattu par une
volée de balles alors qu’il tentait de s’emparer
d’un camion dans la cour intérieure
de l’établissement. Connemey purgeait
une peine à perpétuité pour avoir tué un
policier dans la région montréalaise il y a
10 ans.

Les autres détenus qui se sont rendus
hier sont Edgar Roussel, 34 ans, l’un des
meurtriers du bar-salon Gargantua; Rory
Shane, 29 ans, Michel Marinello, 33 ans,
Robert Pelletier, 28 ans, Roger Duhamel,
33 ans, président du comité des détenus
du pénitencier; Denis Labelle, 23 ans,

Thomas Guay, 38 ans, Ronald Alain, 32
ans, et Robert Imbeault, 31 ans. Six
d’entre eux ont été condamnés pour
meurtre.

Les huit captifs finalement libérés ont
été identifiés comme suit: John Niewerth,
50 ans, moniteur d’atelier; Paul
Gingras, 33 ans, moniteur de maçonnerie:
Daniel Vézina, employé d’une société
sanitaire; et les gardiens Denis Morin, 22
ans, Serge Michaud, 34 ans, Jacques Pinet,
39 ans, et Michel Grenier, 24 ans.
«Les captifs ont eu l’air soulagé quoique
très fatiqués», a dit M. Verreault. Ils
ont été aussitôt conduits à l’infirmerie du
pénitencier afin de subir un examen médical. 

«Tout s’est produit très rapidement»,
mais il a ajoute qu’il ne savait pas exactement
si tous les mutins avaient décidé de
se rendre ensemble, ou si le départ de
deux d’entre eux avait incité les autres à
faire de même. «Ils ont longuement délibéré
entre eux, tôt hier matin, et je pense
bien qu’ils avaient dès lors pris une décision.» 

Au cours des négociations précédant le
dénouement, M. Verreault avait déclaré 

que dès leur capitulation, les détenus seraient
conduit au Centre de développement
correctionnel voisin, l’un des deux
pénitenciers à sécurité super-maximale
au Canada. Ce déménagement est quasi
automatique après une prise d’otages.

   

Depuis mardi matin, otages et mutins
n’avaient reçu aucune nourriture, sauf du
café hier matin. Abrités le long de la
haute muraille à l’intérieur de la prison et
se servant de leurs otages comme
boucliers devant l’armée de gardiens armés
les entourant du haut du mur et des
tourelles, ils ont enduré la pluie, mardi et
mercredi, à la belle étoile. Ils avaient toutefois
réussi à s’approvisionner en vêtements
secs en brisant une fenêtre donnant
accès à la buanderie pour le personnel
du pénitencier.

A la suite de la libération de trois otages
tôt hier matin, l’avocat La Haye a
commenté que les détenus n’avaient rien
exigé en retour de leur geste et avaient
tout simplement voulu montrer leur
bonne foi. A son avis, les mutins savaient
fort bien que leur situation était sans issue,
et ce n’était qu’une question de
temps avant qu’ils ne prennent la décision
inéluctacle de se rendre. 

Lorsqu’on a demandé à M. Verreault si
la pluie avaient incité les détenus à se
rendre, il a répondu: «Il est possible que
ces facteurs et quelques autres aient précipité
la solution de la crise.» Au cours de
la semaine, M. Verreault avait nié que
l’un des objectifs visés par les autorités
pénitenciaires était d’affamer les mutins
pour les amener à se rendre. 

Environ 490 autres détenus de l’Institut
Laval, un pénitencier vieux de 108 ans,
ont été enfermés dans leurs cellules au
début de l’incident. M. Verreault a souligné
que l’atmosphère était particulièrement
calme dans cette partie de la prison. 

Read Full Post »

“Les Otages Libérés,” La Presse. August 28, 1980. Pages 01 & 04.

Les neufs mutins du pénitencier
de Saint-Vincent-dePaul
ont déposé leurs armes ce
matin et se sont rendus aux autorités
après avoir libéré les six
autres otages qu’ils détenaient
encore.
Dans un geste de bonne foi, selon
leur conseiller Me Robert LaHaye,
les neuf mutins du Maximum
Laval à Saint-Vincent-de-Paul avaient libéré cette nuit
vers 3h, trois premiers de leurs
11 otages. Il s’agissait de MM .
Marc Saindon, 21 ans, agent de
correction, Denis Proteau, 16
ans, éboueur, et Marcel Bougie,
46 ans, chauffeur.

L’air hagard, visiblement
épuisés et titubant, les trois
hommes libérés ont été conduits
hors de l’enceinte du pénitencier
dans des voitures non identifiées,
vers le Centre de Formation
du Personnel où leur famille
les attendait. Ils ont alors été
examinés par un médecin. A 5h,
ils étaient retournés à leur domicile,
le médecin les ayant déclarés
en assez bonne santé pour ce
faire, malgré le drame qu’ils
viennent de vivre.
Selon les autorités pénitentiaires,
aucun autre otage ne devait
être libéré avant le milieu ou la
fin de la matinée. «C’est le statu
quo pour l’instant» avait déclaré
à LA PRESSE M. Guy Verreault,
directeur régional des
communications pour le service
des pénitenciers. «Ils ont eu à
manger après la libération des
trois otages et se réchauffent
auprès d’un feu qu’ils se sont fait
avec des débris de toutes sortes.
Il est évident que la situation est
meilleure: mutins et otages restants
sont en deux groupes séparés
par une quinzaine de pieds de
distance. Nous avons bon espoir
que cette affaire se règle ce matin».

Me Robert LaHaye a commencé
son travail de conseiller auprès
des mutins vers minuit. Sa
présence avait été réclamée par
le porte-parole des mutins, Roger
Duhamel, au cours des négociations
avec les autorités pénitentiaires,
négociations qui ont
commencé à 15 h 30 hier et qui
sont allées en s’accélérant.
Vers 4 h cette nuit, Me LaHaye
déclarait à LA PRESSE que les
mutins ne menacent en aucune
façon les huit otages sur place et

que ce n’était plus qu’une question
d’heures avant que le suspense
prenne fin.

Les mutins, selon M. Verreault,
ne négocient rien d’autre
que les modalités de leur retour
en cellule. On ignorait en fin de
matinée les conditions de leur
reddition. Me LaHaye avait d’abord
rencontré Duhamel à son
arrivée sur les lieux et s’était
ensuite entretenu individuellement
avec quelques-uns des
mutins. Il a décaré à des journalistes
que les neuf détenus savaient
fort bien que leur situation
était sans issue, mais qu’ils
n’étaient pas encore prêts cette
nuit à prendre la décision qu’ils
savaient ineluctable.

Enfin, M. Verreault a catégoriquement
nié auprès de LA
PRESSE
une nouvelle diffusée
en soirée hier par un poste de
radio selon laquelle un des otages,
le plus jeune, aurait été attaqué
sexuellement par un ou
des mutins. «Si c’était vrai, je ne
vous dirais pas que le médecin a
laissé rentrer chez eux sans problème
les trois libérés de cette
nuit», a-t-il dit.

Par ailleurs, les blindés armés
de mitrailleuses que l’armée
avait envoyés vers 22 h 30 hier
aux abords du pénitencier n’ont
même pas été aperçus par les
mutins, alors que leur venue (à
la demande de la direction du
pénitencier) aurait eu pour but
d’intimider les neuf détenus.

Cette prise d’otages a commencé
lundi matin à 8h; un détenu
a alors été tué par un gardien
et un otage a été libéré
mardi. Des neuf mutins, six sont
des meurtriers dangereux.

Environ 490 autres détenus de
l’Institut Laval, un pénitencier
qui date de 108 ans, ont été enfermés
dans leurs cellules au début
de l’incident.

Read Full Post »

«Les mutins à l’abri de chemises – Deux blindés sont
amenés à Laval,» Le Devoir.
August 28, 1980. Page 01 & 08.

MONTRÉAL (PC) — Deux véhicules blindes des Forces
canadienne et un autobus transportant des soldats sont arrivés tard hier soir
au pénitencier à sécurité maximum de Laval, où neuf détenus gardaient 11 hommes
en otages depuis lundi.

C’est montés sur des fardiers que les blindés ont été
acheminés à l’Institut Laval à partir de la base de Saint-Hubert, en banlieue
sud de la métropole.

À l’arrivée d’une vingtaine de membres du Royal 22e
Régiment, il pleuvait abondamment.

Même si les deux TTB étaient armés de mitrailleuses de
.50, un porte-parole des Forces canadiennes a fait savoir que le Service
pénitentiaire n’avait pas demandé de munitions pour celles-ci. Il a été impossible
de connaître les intentions des autorités.

Les détenus sont acculés à un mur de l’institution depuis
lundi, à l’issue d’une tentative d’évasion ratée. Même s’ils sont sans abris et
n’ont rien mangé depuis 24 heures, les mutins n’ont formulé aucune nouvelle
demande depuis mardi.

Plus tôt au cours de la journée, ils avaient dressé un
abri rudimentaire à l’aide de chemise nouées. Les détenus, qui sont cernés dans
la  cour de l’institution, cherchaient
semblent-il à se cacher aux yeux des gardiens et  des policiers qui les surveillent sans relâche
depuis leur tentative ratée d’évasion lundi matin.

Un porte-parole du pénitencier à sécurité maximum de
Saint-Vincent-de-Paul, M Guy Verreault a expliqué que les détenus avaient tenté
de se cacher avec leur paravent, mais qu’ils n’avaient pas réussi puisqu’ils étaient
surveillé de partout et que plusieurs policiers pouvaient encore les observer
sous divers angles.

Les chemises qui ont servi à la confection de ce paravent
artisanal proviennent des magasins de la prison. Les détenus n’ont eu qu’à
fracasser une fenêtre pour pénétrer dans ce magasin et y prendre les chemises dont
ils avaient besoin, qui ont été liées par les manches et pendues entre une
fenêtre et un compresseur à air.

Les autorités pénitentiaires se préoccupent de ce Jeu de
cache-cache puis policiers armes ont toujours les détenus et les otages à vue.

Les détenus n’ont pas cherché hier à renouer les négociations,
et n’ont pas demandé non plus qu’on leur apporte à boire ou à manger. Pourtant,
ils n’ont, comme leurs captifs que mangé un sandwich et bu une eau gazeuse
depuis lundi matin.

Les pourparlers entre eux et les autorités de la prison
ont été rompus mardi quand on a refusé de leur apporter des imperméables qu’ils
réclamaient pour se protéger de la plaie qui les a transpercés pendant quatre
heures

On a adopté la ligne dure dans ces négociations. et les
autorités ont convenu de ne rien accorder aux détenus à moins qu’ils ne
libèrent au moins un des otages.

Ce sont les otages qui sont les plus touchés de cette
stratégie, souligne le porte-parole de la prison, mais «il faut que nous
fassions preuve d’une grande prudence. Si nous cédons à une première demande, nous serons ici pendant des mois et des mois.»

Dans la chaleur lourde d’hier, les otages et les
détenusont réussi à se sécher un peu. Les otages ont toujours les mains liées,
mais ils ont pu faire les 100 pas hier pour se dégourdir les jambes

Leurs parents veillent devant le pénitencier. dans un
local qui a été mis à leur disposition et où on leur communiquera la tournure
des événements. Les autres détenus de l’institution ont été confinés dans leurs
cellules depuis lundi On a affirmé que tous étaient demeurés calmes

La prise d’otages, lundi matin, s’est soldée par la mort
de l’un des détenus, abattu par les gardiens. Une enquête est en cours pour
déterminer comment ces prisonniers ont pu se procurer les armes qu’ils ont utilisées
lors de leur tentative d’évasion.

Image: Les otages ont pu s’étirer les jambes hier à l’Institut Laval, surveillés à la fois par les neuf mutins et les policiers et

gardiens armés qui attendent le dénouement de cette mutinerie. (Photolaser CP)

Read Full Post »

“Laval penitentiary has long history of violence,” Montreal Gazette. August 28, 1980. Page 04.

The Laval Institute, where late last night nine prisoners were still holding 11 hostages, has often been the site of prison violence.

The history of the 107-year-old prison, formerly known as St. Vincent de Paul Penitentiary, is dotted with riots, hostage-takings, escapes, suicides and murders of both prisoners and guards.

In the last four years alone there have been five hostage-takings, including the current one. The most recent occurred last February when three prisoners, armed with ice picks, held three guards hostage for eight hours.

The hostage-takings have all been resolved without violence, but in other incidents several guards have been attacked by prisoners, and one guard has been killed.

In July, 1978, prison guard Guy Fournier was shot and killed as five inmates made an escape attempt. One prisoner was killed in the incident and the other four were recaptured within weeks. They are currently serving life sentences, with no opportunity for parole before 25 years.

Conditions at the Institution, which has housed approximately 200,000 inmates during the last century, has been called deplorable by prisoners, politicians and prisoners’ rights groups. 

The prison has been condemned by at least three royal commissions of inquiry and one government subcommittee.

A 1977 report by the federal sub-committee that examined Canada’s penitentiary system called the institution uninhabitable and said it should be ‘demolished and rebuilt.’ 

But the report did nothing to lessen the violence there.

In September, 1978, for example, 29-year-old inmate Roland Simard, a known associate of Edgar Roussel, one of the prisoners involved in the current hostage-taking, wounded two guards with a home-made knife.

Simard, who was serving two life terms for murder, got another year for the attacks.

But during his trial several other inmates testified that guards in the solitary confinement unit where Simard was being held harassed him by restricting his food and taunting him for about a month before the incident. 

Over the years, prisoners’ protests of conditions in the jail have ranged from hunger strikes to suicides to riots.

Earlier this summer, seven prisoners from the solitary confinement unit slit their wrists in the prison exercise yard to protest conditions in the unit.

Two were hospitalized and the others were treated in the prison infirmary. Authorities used tear gas as they cleared the exercise yard.

Four years ago almost 300 inmates went on an hour-long spreed, smashing sinks and toilets, setting bedding and mattresses afire and breaking windows. Approximately $500,000 worth of damage was done, but no one was injured.

And in 1962 Laval was the scene of the worst prison riot in Canadian history. Several inmates were killed in a riot that destroyed almost 400 cells and cost more than $3 million in damage.

Read Full Post »

Older Posts »